Aller au contenu principal

6 mars 2012

5

[Critique] I Am Alive

par Mélanie Boutin-Chartier
I Am Alive intro

Par Mélanie Boutin Chartier

Dans le cadre du XBLA House Party 2012, c’est demain que paraît le jeu de Ubisoft Shanghai I Am Alive, vous l’aurez deviné, sur le Xbox Live Arcade. J’ai eu la chance d’y jouer.

Suite à un évènement de grande ampleur appelé The Event, I Am Alive nous met dans la peau d’un homme tentant de retrouver sa famille. Équipé du strict minimum – sac à dos, lampe torche, pistolet, machette, bouteille d’eau -, notre héros parcourt les États-Unis de l’Est vers l’Ouest à pieds. Ça lui a pris un an!

L’objectif ultime de notre protagoniste est de retrouver les siens. En chemin, il devra sauver sa peau, sera sollicité pour aider une fillette perdue et quelques gens désemparés. C’est le parcours d’un homme ordinaire acculé devant une situation extraordinaire. Équipé d’une caméra amateure, il en profitera pour tourner une vidéo mentionnant son nom et son adresse. Il demande à quiconque la trouvera de l’apporter à sa femme pour lui dire qu’il est toujours en vie…I Am Alive

Lorsqu’on parle d’un jeu de survie, I Am Alive en fait partie à 100%. C’est un jeu où chaque bouteille d’eau ou de soda est une joie d’amasser, où chaque balle de pistolet est aussi précieuse (et rare) qu’un trésor et où les dépôts de nourriture et de médicaments peuvent devenir une source de conflit entre les survivants. C’est intéressant de pouvoir intimider un ennemi en lui pointant une arme dessus et ensuite lui ordonner de reculer pour le faire trébucher dans une fosse. Ça fait différent des simples jeux de tir. Si ce ne sont que de simples citoyens qui tentent de défendre leur petit coin de paix dans ce grand chaos, on peut aussi lever les bras en l’air et quitter leur zone afin de ne pas créer de conflit inutilement. C’est également un moyen d’économiser nos balles parce que tout dans I Am Alive est rare.

Le système de combat peut être difficile à maîtriser et n’est pas des plus instinctifs. C’est en appuyant sur des touches préétablies qu’on se bat contre les voyous. Linéaire, on ne peut attaquer qu’une personne à la fois, laissant le champ libre à plus d’un opposant de nous faire la peau. Il faut savoir user de stratégie (et de plusieurs essais) afin de les affronter dans le bon ordre. Heureusement, I Am Alive n’est pas qu’un jeu de combat. On parcourra Haventon de fond en comble dans un style de jeu d’aventures avec une succession d’objectifs à remplir. On doit trouver notre chemin au travers un centre-ville en ruines. On grimpe sur les murs, sur les rails et diverses plateformes afin de respirer un air meilleur. On se rendra compte rapidement que ce n’est pas tous les endroits qui nous sont accessibles. Si une caisse ne fait pas partie de notre route, impossible d’y monter. La carte est disponible d’une touche. J’aime les marques en rouge « dessinées au feutre » indiquant les endroits bloqués, les passages inaccessibles, les routes impraticables. On garde une vue sur notre destination, ce qui est fort appréciable.

Notre héros se déplace parfois difficilement et c’est un sentiment de faiblesse qu’on ressent en progressant. Il faut se rappeler que notre protagoniste a traversé le pays à pieds avec les moyens du bord et presque sans rations. C’est normal qu’il soit un peu faible et que chaque effort l’épuise. On peut donc sentir une touche de réalisme à ce que le studio a voulu représenter. On lui fera faire un effort ultime en appuyant sur la commande RL ou lui redonnera de l’énergie en plantant un piton d’escalade lors des montées sur les murs.

Malgré cette prémisse, le jeu semble avoir été fait à plus petite échelle. L’équipe de Ubisoft Shanghai a beaucoup restreint les possibilités de navigation. Les murs invisibles sont légion, le jeu est linéaire, la carte est centrée sur Haventon. Pour donner l’effet d’une ville détruite et viciée, tout le visuel est gris, granuleux, monochrome et parfois monotone. Mélange de inFAMOUS, Uncharted et de film catastrophe? Plusieurs ont mentionné le film I Am Legend mais c’est plutôt à The Road que le jeu m’a le plus fait penser. Ici, aucun pouvoir spécial pour notre héros, aucun élément surnaturel à contrer, que la volonté de retourner dans sa ville et retrouver sa famille.

Au final, mon expérience avec I Am Alive est un peu mitigée. Si j’ai trouvé que les points de sauvegardes automatiques sont parfois trop éloignés à mon goût (je n’aime pas recommencer de trop grandes parties de jeu lorsqu’il m’a fallu plusieurs essais pour les passer une première fois) et que j’ai du mal à m’adapter au système de combat, j’aime le fait d’incarner un simple citoyen – un père de famille – aux prises avec une situation extraordinaire.

Ma note : 6,5/10

I Am Alive est disponible en anglais avec sous-titres français.

About these ads
5 Commentaires
  1. larosenin
    mar 7 2012

    Finalement, le XBLA House Party 2012 est plus une grosse pub pour des jeux décevants si je comprend bien.

    • Mélanie Boutin-Chartier
      mar 8 2012

      Non pas nécessairement. J’aime bien le jeu et j’adore le concept "jeu se survie" qui, pour une fois, en est réellement un. Je dois juste user d’une certaine patience durant quelques affrontements… ;)

  2. Jean-philippe
    mai 30 2012

    ces platte yer quand anglais jcroit

    • Mélanie Boutin-Chartier
      juin 1 2012

      Le jeu est en anglais parlé mais avec des sous-titres en français. Je viens d’ajouter la spécification à la fin du texte. Merci de nous lire!

Rétroliens & Pings

  1. La Balado Légendaire – Tome 2, Chapitre 10 | L'épée Légendaire

Les commentaires sont fermés.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 4 872 autres abonnés

%d bloggers like this: