[Critique] Titanfall

L’un des jeux multijoueurs les plus attendus de 2014 est enfin arrivé. Titanfall débarque donc dans un grand fracas pour tout détruire sur son passage. La prochaine grosse affaire, c’est ça!

Si vous avez déjà eu l’occasion de lire notre article de Titanfall sur notre essai de la version bêta, vous savez déjà de quoi il s’agit. Titanfall est un jeu uniquement multijoueur en ligne, un jeu de tir à la première personne créé par Respawn Entertainment, un studio créé en 2011 avec plusieurs anciens employés d’Infinity Ward. Et si vous avez déjà joué à Call of Duty, vous reconnaitrez très rapidement la signature artistique.

Mais avant tout, Titanfall prend place dans un monde post-apocalyptique où l’humanité est ravagée et où deux clans s’affrontent : l’IMC et la Milice. Pour être honnête, le scénario n’a que bien peu d’importance, alors que je ne tenterai pas d’en faire l’étalage inutilement. Sachez simplement que vous incarnerez un soldat sans nom dans l’une ou l’autre des factions et que votre objectif est de vaincre l’adversaire. Généralement, j’apprécie les jeux avec un scénario bien soutenu, mais avec Titanfall les éléments de jouabilité sont tellement intéressants et intenses que le scénario était complètement superflus de toute manière.

D’ailleurs, même si Titanfall est un jeu de tir qui peut ressembler aux autres au premier regard, c’est un titre qui apporte ses propres éléments différentiateurs pour en faire une expérience à part entière. Globalement, le jeu reprend beaucoup d’éléments connus et bien établis, comme les classiques Match à mort (Chasse aux pilotes et Attrition), les Captures du drapeau, les contrôles de points sur la carte et Le dernier homme vivant (Dernier Titan). Titanfall n’innove donc pas dans les modes de jeu disponibles, mais plutôt dans leur exécution parfaite et dans l’apport de nouveaux éléments de jouabilité tout en conservant une balance de jeu parfaite entre les équipes. Un défi de taille pour les designers.

La Chasse aux pilotes est un match à mort classique où les points sont obtenus uniquement en tuant un joueur adverse, alors que le mode Attrition donne des points pour les joueurs tués, mais aussi pour les personnages contrôlés par l’IA. Ce qui m’amène d’ailleurs à toucher un mot sur ces personnages : Titanfall offre de grandes cartes où s’affrontent 6 joueurs dans chaque équipe, ce qui est très peu lorsque l’on compare à d’autres jeux de tir en ligne, comme Battlefield 4 pour donner un exemple. Toutefois, la carte est remplie de personnages contrôlés par l’intelligence artificielle qui sont redéployés régulièrement. Ces personnages offrent plusieurs avantages contrairement à de vrais joueurs supplémentaires. Premièrement, ils sont beaucoup plus facile à tuer que des joueurs humains. Cette facette est importante puisque le jeu devient plus agréable à jouer, en particulier pour les nouveaux venus. Vous vous rappelez surement tous de vos premières parties en ligne et la frustration de devoir affronter le méchant joueur de 8 ans rendu niveau 60 de 4ième génération avec toutes les armes ? Et bien le simplement fait de pouvoir réaliser des points face à ces personnages permet d’enlever une partie de cette frustration et donne réellement la chance aux débutants de vouloir poursuivre plutôt que de simplement abandonner par frustration. L’intégration de ces personnages est d’ailleurs fort bien réalisée puisqu’il n’y a pas de distinctions entre ceux-ci est les joueurs humains, outre le nom écrit au-dessus d’eux. Mais ne croyez pas faire suffisamment de point en ne tuant uniquement que ces personnages pour terminer premier dans une partie car il y a moins de points accordés pour ceux-ci.

La différentiation principale de Titanfall est évidemment les Titans : ces véhicules humanoïdes plus grands que nature qui sont d’une puissance incroyable. À l’intérieur d’un Titan, rien ne semble pouvoir vous arriver, et pourtant vous serez tout aussi vulnérable qu’à pied. La gestion des titans est particulièrement intéressante : vous pourrez grâce à eux tuer plusieurs pilotes (joueurs humains à pied) rapidement, mais eux pourront aussi vous terrasser, soit avec un travailler d’équipe efficace où grâce à la technique du rodéo qui consiste à sauter sur le dos d’un Titan en marche pour outrepasser ses boucliers et tirer directement dans sa mécanique interne. Lorsqu’un pilote fait du rodéo, le Titan est vulnérable, mais le pilote aussi. C’est une technique excitante et risquée qui donne une grande satisfaction lorsqu’elle est réussie.

Enfin, les Titans peuvent évidemment s’affronter entre eux dans une partie, et là c’est le Derby de démolition ! Les Titans ont des armes titanesque et les affrontements sont sans merci. L’effet de puissance est incroyable mais toute la balance du jeu entre les titans et les pilotes réside dans le fait que peut importe si vous utilisez un titan ou non, vous ne serez jamais dans une situation intouchable. C’est là la grande force de Titanfall.

titanfall_-_beta_announce_2

Les pilotes ont aussi quelques techniques intéressantes, notamment grâce à toutes les options de personnalisation mais aussi grâce à une intégration intéressante de Parkour. Chaque pilote peut en effet courir sur les murs pour se déplacer beaucoup plus rapidement que sur le sol, une technique incontournable pour bien réussir dans Titanfall. Grâce à cette technique, Titanfall propose des arènes où il est réellement possible d’être partout, sur les toits ou accroché à un mur, rendant le jeu encore plus rapide et excitant. Tellement que le retour à une partie de Call of Duty donne une impression de lenteur durant quelques instants.

Titanfall n’est toutefois pas exempt de défauts. Évidemment, certains joueurs rechigneront (avec raison) le manque d’une campagne solo complètement hors-ligne. C’est une requête valable compte tenu que les titres similaires offrent ce mode hors ligne, quoi qu’on discute souvent le choix d’offrir une campagne solo médiocre au détriment de rendre un jeu multijoueur encore meilleur. Pour l’instant, les options de personnalisations sont aussi en deçà des jeux compétiteur en nombre, tout comme le nombre de cartes disponibles. Cela changera évidemment avec le temps, une passe saisonnière est déjà disponible pour recevoir les prochains contenus téléchargeables plus rapidement. Enfin, j’avoue que j’avais le désir secret que Titanfall sur Xbox One soit compatible avec le jeu en ligne de la version PC, mais en vain.

Alors voilà, Titanfall est réellement un titre surprenant. Malgré un genre qui semble épuisé par son homologue Call of Duty, Titanfall se distingue non pas en apportant une tonne de nouveautés, mais avec une exécution exemplaire et des éléments de différentiations aux endroits où ça compte vraiment. Titanfall est un jeu excitant d’un bout à l’autre qui offre des parties enlevantes, en particulier si vous êtes un fan du genre. Si votre PC n’offre pas les performances nécessaires pour bien tourner ce jeu, n’hésitez surtout pas à faire le saut sur Xbox One, en particulier avec l’ensemble de la console + Titanfall et un mois gratuit de Xbox Live. Alors, vous serez comblé, j’en suis certain.

Ma note : 9/10

Testé sur Xbox One

Disponible en français

Visitez le site officiel : www.titanfall.com

Suivez moi sur Twitter @TremblayMax

4 Comments

  1. Titanfall est le premier jeu FPS auquel je m’investis et ce surtout à cause des bots qui me permette de ne pas me décourager. Je trouve cependant que le matchmaking n’est pas fameux car je croise régulièrement des joueurs qui sont de 5e générations tandis que je suis uniquement niveau 30.

Les commentaires sont fermés.