[5 minutes vidéoludiques] Production ou réflexion?

Dans une semaine, il n’y a que quarante heures de travail. Bon, je parle d’un monde fantastique où les gens n’ont pas besoin de faire d’heures supplémentaires, mais l’idée reste la même : le nombre de temps de travail potentiel est fini. Sur une production, nous parlons généralement en termes d’heure-personne et selon les chantiers, sans prendre en compte le temps de plus que chaque personne peut apporter. Bref, lorsqu’une personne est au bureau, elle a huit heures de travail.

On comprend habituellement un facteur de centre d’intérêt d’environ 70 ou 80 pour cent. Cela veut dire que sur le temps total au bureau, les travailleurs seront productifs pour seulement 70 à 80 pour cent de leur journée. Enlevez à ça des réunions et les événements. Sur le temps qu’il reste, combien de temps faut-il mettre en production et en réflexion? C’est une question qui me hante encore! Évidemment, je suppose que ça varie selon la personnalité de chacun, mais j’ai peut-être une règle générale.
Productivity-efficiency

Pour un junior, c’est important de produire parce que c’est là qu’il est possible d’apprendre le plus. Donc, c’est mieux d’itérer que de penser pendant des heures avant de faire un changement. Ceci permet aux gens avec plus d’expérience de commenter et poser des questions sur le travail effectué. C’est normal de faire des erreurs et, même, c’est mieux d’en faire le plus rapidement possible dans un projet, voire dans la carrière. C’est ainsi qu’un développeur évolue! C’est comme ça qu’on apprend et qu’on découvre ce qui fonctionne et ce qui est réellement une mauvaise idée. Mais, il est nécessaire de comprendre et de poser amplement de questions!

De toute évidence, en grandissant dans l’industrie, ces erreurs devraient se faire de moins en moins fréquentes et c’est avec ce genre d’évolution que des responsabilités additionnelles apparaissent ainsi qu’un changement de titre à intermédiaire ou sénior, voire lead. Un des problèmes que je vois, cependant, est que parfois les gens prennent en considération qu’une manière de faire est ultime et qu’il ne faut pas essayer autre chose. Je comprends que certaines méthodes deviennent, avec les succès et les échecs, une manière plus optimale, mais il ne faut jamais croire qu’elle soit la seule et unique manière de procéder. C’est pourquoi même de grands séniors devraient toujours écouter les juniors qui apportent souvent un vent de nouveau et des idées fraîches, différentes.
bigstock-Critical-Thinking

En bref, c’est important, en début de carrière, de se casser la gueule souvent, rapidement et durement. Avec le temps, ça devrait arriver moins souvent. C’est pour cette raison que je crois qu’il vaut mieux produire beaucoup et incessamment tant que le bagage de connaissance n’est pas assez grand. Ce qui fait la différence entre un bon développeur et un développeur avec moins de chance de carrière est sa capacité à apprendre de ses erreurs, analyser ce qui a bien marché, accepter la critique et être assez casse-cou pour essayer de nouvelles choses. Toutefois, il doit être assez responsable pour savoir quand arrêter et se fier à ses aînés.

Posted In: