[Critique] Pokémon Alpha Sapphire

Année après année, la période des fêtes est aussi synonyme d’une nouvelle édition de la franchise Pokémon. Après Black & White 2 en 2012, Y & X l’an dernier, c’est le tour des jeux Rubis Oméga ainsi que Saphir Alpha de faire le saut sur notre console portable. Omega Ruby et Alpha Sapphire sont en fait des rééditions de jeux parus sur GBA il y a près de 12 ans. Plus jolies et plus complètes, ces versions offrent en plus de nombreuses nouveautés. Sont-elles suffisantes pour justifier l’achat d’un autre titre de la franchise?

Contrairement à l’an dernier, j’étais moins excité, cette fois-ci, par la venue des nouveaux titres Pokémons. Peut-être que c’était parce que j’ai été déçu des autres rééditions de la franchise (FireRed, LeafGreen, HeartGold et SoulSilver) ou parce que j’anticipais mal les potentielles nouveautés. Néanmoins, comme à chaque occasion, je me suis rapidement retrouvé entièrement captivé par l’aventure. Je trouve d’ailleurs que Game Freak a apporté des éléments forts intéressants à la franchise. Ça doit être dur de ramener les joueurs à faire les mêmes mécaniques et suivre la même courbe de progression aussi souvent. Qu’importe, cette fois, c’est au niveau de l’approche de la recherche des Pokémons que les développeurs ont amené le changement le plus intéressant.

Cette mécanique encourage la capture de ces créatures. En fait, en se promenant dans les régions sauvages ou sur l’eau, on peut désormais apercevoir la queue ou l’ombre d’un Pokémon. En s’en approchant tranquillement, sur la pointe des pieds, notre radar va afficher quelques informations supplémentaires sur celui-ci. Comme son niveau, la première habileté qu’il va utiliser et une ombre qui donne une bonne idée de quel petit animal s’agira-t-il exactement! En outre, c’est aussi le plus rare et le plus haut niveau de ce Pokémon que vous pouvez rencontrer dans la région. Il aura même des pouvoirs spéciaux que les autres du même genre n’ont pas. Cette nouvelle mécanique m’a encouragé à régulièrement fouiller dans les buissons et revenir sur mes pas pour capturer de nouveaux Pokémons. D’ailleurs, pour faciliter le tout, le jeu vous indique les Pokémons que vous avez rencontrés dans une région et que vous n’avez pas encore capturés. C’est très pratique pour ceux qui veulent tous les attraper.

Une autre mécanique vraiment plaisante, c’est la flute EON qui permet de s’envoler et de se promener à notre guise à dos de Latias (ou Latios selon votre version) à travers la région d’Hoenn. De plus, en utilisant cette méthode, on peut tomber sur plusieurs îles, inatteignable autrement, sur lesquelles se cachent de jolies récompenses. Je pense que c’est un élément que beaucoup de joueurs attendaient depuis bien longtemps et qui donne presque l’impression qu’on est dans un monde ouvert. C’est juste dommage qu’il soit seulement possible d’utiliser Latias ou Latios pour se promener de cette manière.

Comme autre ajout, on a ramené la nouvelle mécanique des évolutions Mega et le jeu cache des pierres permettant une telle évolution pour bien des Pokémons un peu partout. C’est un autre élément qui encourage fortement l’exploration à travers l’univers. À quelques reprises, j’ai trouvé la pierre, mais je n’avais pas le Pokémon et donc je partais immédiatement à sa recherche.

Sinon, au niveau de l’histoire, Game Freak ne réinvente pas la roue. Ça ressemble à toutes les histoires de Pokémons où un groupe de vilain veut à tout prix se servir de puissants Pokémons pour contrôler le monde. C’est sûr qu’on s’y attendait puisqu’il s’agit d’un « Remake », mais bon. Par contre, les développeurs ont prolongé le jeu de quelques heures en offrant une partie de trame narrative supplémentaire que j’ai bien aimée. Pour être franc, j’aurais aimé que le jeu prenne cette tangente durant toute l’histoire, parce que c’est différent. Enfin, on amène une nouveauté au niveau de l’histoire, mais c’est seulement à la toute fin.

Ensuite, l’aventure devient un peu plus difficile à ce moment, surtout si on veut capturer tous les Pokémons sur notre chemin. Si bien qu’au total, à la fin de mon aventure, j’avais passé près d’une vingtaine d’heures dans le jeu. Des heures qui sont passées très rapidement à mes yeux. En fait, j’ai fait toutes ses heures entre vendredi et mardi. C’est dire à quel point j’étais totalement accro, malgré quelques défauts.

Pour prolonger le tout, évidemment le jeu offre la quête au Pokédex nationale pour tenter de découvrir toutes les créatures que renferme le jeu. En plus, il offre une quantité incroyable de Pokémons légendaire à aller chercher. Kotaku a fait une liste détaillée des différentes créatures rares et des endroits où les chercher. Selon l’article, j’en compte plus d’une trentaine. On en a vraiment très peu oublié et c’est intéressant. Ça permet de facilement prolonger l’aventure de quelques dizaines d’heures. Pour moi, c’est une obsession. Je ne vise peut-être pas à tous les attraper, mais à au moins avoir tous les légendaires.

Question graphique, le jeu a repris un peu plus son look isométrique qui avait été quelque peu délaissé avec X & Y. Ç’a certainement permis une meilleure fluidité sans être moins joli pour autant. Évidemment, bien qu’on parle de « Remake », le jeu est bien plus beau et on a l’impression de revivre une toute nouvelle aventure. Le jeu est d’ailleurs bien plus vivant. C’est beau de voir une envolée de Wingull sur la plage ou une horde de Luvdisc qui se promène en plongeant dans les fins fonds de l’océan. Bien que vous ayez joué à Pokémon Saphir ou Rubis il y a une dizaine d’années, ça vaut amplement la peine d’y retourner.

En dernier lieu, il y a amplement de contenus pour ceux qui aiment d’autres aspects secondaires comme les concours Pokémon et les bases secrètes qu’on peut énormément personnalisés. Même que vous pouvez inviter une personne à visiter votre base et interagir avec celui-ci. Enfin, tout comme dans Tomodachi Life, il est possible de faire des codes QR pour partager notre base avec la communauté. Ce ne sont pas des aspects qui m’attirent personnellement, mais je pense que ça peut assurément répondre à un besoin.

En terminant, Pokémon Omega Ruby et Alpha Sapphire sont d’excellents jeux Pokémon que les amateurs de la franchise devraient visiter. Il y a suffisamment d’éléments nouveaux pour attirer les joueurs. Ce sont aussi bien plus que de simples rééditions. Ce sont de tout nouveaux jeux qui méritent d’être vus comme tels. Encore une fois, Game Freak offre un jeu qui donne de nombreuses heures de plaisirs, malgré quelques défauts. Pour ma part, je retourne à la recherche de Pokémons légendaire avec mes 200 Ultra Balls.

Ma note : 8 / 10

Testé sur Nintendo 3DS
Disponible en français
Site web officiel: http://www.pokemon.com/