[Critique] The Crew

L’année 2014 aura été tout spécialement bien garnie avec les jeux de courses dont certains de très grande qualité. The Crew est le tout dernier titre de cette cuvée 2014. Voyons comme celui-ci se débrouille face à la compétition.

Après avoir vu son frère se faire tuer en pleine rue, des membres de l’organisation 5/10 font porter le chapeau à Alex Taylor qui se retrouve en prison. À l’intérieur, il s’allie avec une agente du FBI pour devenir agent double. Sa mission : infiltrer l’organisation des 5/10 pour remonter jusqu’à la tête de celle-ci et mettre en prison les responsables du meurtre de son frère. Une histoire de vengeance, et c’est personnel.

The Crew propose une histoire intéressante à suivre, un format plutôt rare dans un jeu de course. Avec sa campagne solo d’une durée de 22 heures (environ), le jeu offre aussi une excellente durée de vie. D’ailleurs, The Crew est un monde complètement ouvert et surtout l’un des plus grands jamais créés. L’expérience de jeu vous amènera aux quatre coins des États-Unis avec plusieurs grandes villes recréées en partie pour ressembler aux vraies, comme New-York, Chicago, San Francisco et plusieurs autres.

Grande durée de vie, beaucoup de variété

De la variété dans The Crew, il y en a à la pelletée. Un truc qui est super intéressant selon moi, c’est que le titre vous offre plusieurs défis entre vos courses principales. Comme vous devrez vous rendre d’un point à l’autre entre les missions, le titre propose des défis sur votre chemin qui s’activent automatiquement et sans interruption lorsque vous passez la porte du défi. En clair, le jeu vous proposera des défis de slalom, de précision, de destruction de portes, etc. Surtout que ces défis deviennent cruciaux pour améliorer les performances de votre voiture : les récompenses sont des pièces d’améliorations. Il est donc très important d’en faire un maximum.

Il y aussi beaucoup de variété et de choses à faire, tant dans le type de courses proposées, mais aussi dans le style de véhicule utilisé, mais pas dans les véhicules disponibles. Donc si vous êtes fans d’avoir un garage avec 80 véhicules différents ou plus à l’intérieur, oubliez tout de suite ce titre : ce n’est clairement pas sa force. En fait, il y a moins de 60 modèles de véhicules disponibles : un peu faible lorsqu’on pense que d’autres titres comme Forza Horizon 2 par exemple en proposait plus de 200 au lancement.

Par contre, la force de The Crew c’est la possibilité de modifier le véhicule « stock » en 5 specs différents : Street, Performance, Raid, Circuit et Dirt (mon spec préféré). Toute la jouabilité du jeu repose sur ces différents specs et c’est ce qui donne la variété des courses dans le titre. Il y a donc de la course sur asphalte, sur rue secondaire, en ville, en forêt sur le sable, dans les champs, dans le désert, sur des dunes, en circuit, etc. Une belle variété en somme. Il y a des courses par tour, des courses contre la montre, des courses d’évasion, etc. Par contre, point négatif important sur les courses d’élimination. Dans ce mode, vous devez entrer en collision le plus fort et le plus souvent possible pour éliminer un adversaire en fuite. Le concept est intéressant à la base, mais la conduite un peu brouillonne du jeu ainsi que sa physique douteuse rend ce type de course beaucoup plus difficile qu’ils ne devraient l’être en réalité. Et c’est justement ce qui m’amène au plus grand défaut de The Crew.

THECREW_GC_Screenshots_04_1382985992

Frustration à 300 Km/h

Le problème que j’ai avec The Crew n’est pas sa variété, ni son scénario, ni le contenu, ni même le manque de véhicules. Non, mon problème principal avec ce titre c’est surtout qu’il s’agit d’un jeu de course où il n’est pas amusant de piloter. Durant les 10 à 12 premières heures de jeu, c’est carrément horrible. Votre véhicule n’a pas l’expérience nécessaire pour être facile à piloter, la conduite des véhicules n’est pas terrible, mais surtout la physique des collisions de ce titre est à la limite catastrophique. La réaction des véhicules est souvent étrange et il n’est pas rare que celui-ci fasse un 180 degré complet en accrochant une clôture ou simplement en frappant un muret de côté. J’ai ainsi capturé une tonne d’exemples dans notre critique vidéo (disponible juste ici un peu plus bas). C’est frustrant, car le titre n’est pas nécessairement plus difficile qu’un autre, mais une simple erreur qui pourrait être plus minime a énormément d’impact sur le résultat, ce qui force le joueur à recommencer constamment les mêmes défis pour finalement avoir un résultat acceptable au bout de quelques essais. Trop souvent.

J’ai encore de la difficulté à bien expliquer s’il s’agit d’un choix technique d’Ubisoft ou simplement que l’engin physique n’est pas au point, mais le résultat reste le même : une expérience très désagréable pour le joueur. Et même si The Crew est principalement axé sur un genre plutôt Arcade, ce n’est pas une excuse pour avoir une physique si déficiente. Personnellement, j’ai eu énormément de frustrations, du moins jusqu’à ce que j’atteigne un niveau plus élevé d’expérience et surtout que je puisse accéder à de nouveaux véhicules.

Par ailleurs, je ne pourrai que vous recommander d’aller vers les véhicules plutôt spécialisés pour les specs. Même s’il est possible de faire le jeu au complet avec le premier véhicule que vous obtiendrez (puisqu’on peut le configurer dans tous les specs), ceux qui ont une sélection de specs plus limitée sont plus spécialisés dans ceux-ci et donc, ils proposent une expérience vraiment supérieure. C’est pourquoi le jeu devient plus agréable vers le milieu de l’aventure, avec une conduite de plus en plus acceptable jusqu’à devenir agréable. Mais malgré tout, la physique reste toujours aussi étrange.

Des qualités de production moyennes

Si The Crew propose énormément de contenu et doit gérer énormément de trucs à l’écran (comme des gens qui marchent, des animaux en forêt, etc.), c’est le côté visuel qui paye un peu le prix. Pour être franc, The Crew n’est pas le plus beau jeu de course présenté cette année. Alors face à d’autres compétiteurs dans le genre comme DriveClub, Forza Horizon 2 ou même Need for Speed Rivals, le titre d’Ubisoft a un peu de difficulté à faire sa place. Les environnements sont assez détaillés, mais pas tellement bien modélisés en même temps. Même son de cloche du côté de véhicules : la modélisation est correcte, mais sans plus. La gestion des dommages est moins bien réussie. On peut percevoir les rayures sur la peinture d’un véhicule, la carlingue froissée ou les fenêtres cassées, mais ce n’est pas fait avec un détail impressionnant. D’autant plus que si vous voyez votre pare-brise complètement cassé en vue extérieur, il est magiquement réparé lorsque vous passez en vue cockpit… Bref, un manque de finition à ce chapitre.

THECREW_PREVIEW_CrewBattleinWhiteMountains_1411491900

Toujours connecté, pour le meilleur et pour le pire

Enfin, The Crew est un jeu qui doit obligatoirement être connecté à Internet pour fonctionner. Impossible de jouer avec une panne réseau. L’avantage, c’est que le jeu propose un plan social très développé. Vous croiserez constamment des véhicules de d’autres joueurs en temps réel durant vos roadtrips et chaque mission pourra être faite en coop rapide, même celles de la campagne solo. C’est une option vraiment amusante à avoir sous la main, ainsi vous ne roulerez jamais vraiment seul. Le jeu propose aussi un système de faction à l’intérieur duquel vous pourrez progresser et prendre de l’expérience, et en tirer profit aussi avec un salaire quotidien de plus en plus élevé selon votre progression. Les courses de factions sont particulièrement intenses et certaines durent de longues minutes, voire même plus d’une heure ! Les parties de joueurs contre joueurs sont évidemment possibles, mais malheureusement les connexions à celles-ci sont très longues, souvent plus de 15 minutes afin de trouver une partie… Heureusement qu’il est possible de faire autre chose pendant que vous êtes en attente ! Toutefois, qui dit toujours connecté, dit aussi vulnérable aux pannes serveurs et The Crew n’y échappera pas. Personnellement, j’avoue que j’aurais préférer avoir la possibilité de m’y connecté seulement lorsque j’en avais envie.

Les bases pour quelque chose de meilleur

Au final, quoi penser de The Crew. Pour être honnête, le titre n’est pas une réussite. Pourtant, le jeu propose énormément de contenu et le monde ouvert le plus vaste jamais créé, et beaucoup de variété dans tout ce qu’il est possible de faire. Malheureusement, c’est la conduite même des véhicules, et surtout la physique des collisions qui est la grande lacune. Et comme c’est la base d’un jeu de course, et bien toute l’expérience en est affectée. Est-ce un échec total ? Bien sûr que non. Je crois d’ailleurs les bases sont assez solide pour démarrer une franchise intéressante, du moins si Ubisoft travaille sur les grands défauts. Pour l’instant, The Crew est donc une expérience aussi variée qu’elle est frustrante et c’est bien dommage.

Ma note : 7/10

Testé sur Xbox One, disponible aussi sur PS4 et PC
Disponible en français
Visitez le site officiel : thecrew-game.ubi.com

4 Comments

  1. De ce que je comprend, ça ressemble beaucoup à l’expérience que j’avais vécu dans la bêta. Je suis déçu que ça n’aie pas changé du tout depuis ce temps, car je n’étais pas le seul à penser ça. La conduite/physique est très importante pour moi dans un jeu de course et ça va être la raison pour laquelle je n’achèterai pas ce jeu.

Les commentaires sont fermés.