[Critique] Assassin’s Creed Unity: Dead Kings

Après un lancement plutôt mitigé pour Assassin’s Creed Unity, Ubisoft avait annoncé une série de mesures pour dédommager les joueurs qui se sentaient « floués » par la situation. Notamment, la passe saisonnière avait été annulée, un jeu neuf était donné à ceux qui se l’était procuré et le premier contenu téléchargeable déjà en développement serait donné gratuitement à tous les possesseurs du jeu. Le 13 janvier dernier, Dead Kings a été lancé gratuitement.

Attention, certains éléments de cette critique peuvent contenir des gâcheurs d’Assassin’s Creed Unity. Soyez avisés.

Arno Dorian est un peu maussade après les événements de Paris. La France se remet doucement de sa révolution (pas tranquille du tout) mais un sentiment d’épuisement général se fait sentir. Pour faire une histoire courte, les Français n’ont pas le cœur à la fête, et Arno ressent la même chose. Il décide donc d’aller prendre l’air un peu à Saint-Denis. Sur place, il explorera les anciennes cryptes des Rois et recherchera un artéfact particulier avant qu’elle tombe dans les mains de Napoléon Bonaparte. Sur son chemin, il aidera un enfant nommé Léon qui lui-même apportera son aide à Arno durant l’aventure.

Le scénario de Dead Kings se déroule tout de suite après les événements de Unity. D’emblée, je vous recommande fortement d’avoir terminé le scénario principal avant de vous lancer dans le contenu téléchargeable pour bien comprendre certains liens, mais aussi par la difficulté du jeu qui reprend un peu au même endroit où j’avais laissé. Comme tel, ce nouveau bout d’histoire n’apporte pas beaucoup plus aux événements passés.

ACU_Dead-Kings_DLC_3-Graveyard_1411403078

L’ambiance générale de Dead Kings est, comment dire, assez déprimante. Tout est brumeux et gris, tout est sombre. Je comprends que la direction artistique a sans doute fait ce choix volontairement dans le but d’accentuer ce sentiment généralisé à la France, mais autant il est possible de s’extasier devant la beauté de Paris, autant Saint-Denis nous laisse froid. Évidemment Dead Kings profite de la même qualité visuelle, seulement il est moins agréable à regarder. Par ailleurs, une grande partie du jeu se passe sous terre (forcément) puisqu’il faut rechercher les cryptes afin de retrouver ce mystérieux artéfact.

Même si visuellement c’est tout de même bien réalisé, j’ai le sentiment (sans pouvoir donner de certitudes) que Dead Kings n’a pas profité des mêmes mises à jour de performances que Unity. Le saut entre le jeu principal et Dead Kings et même plutôt flagrant et font qu’on apprécie beaucoup les correctifs qui ont été apportés dans Unity. Encore une fois, je n’ai pas rencontré de bogues particuliers qui ont ralenti ou empêché ma progression, mais si Unity a bien réglé ses problèmes de fluidité, ce n’est pas le cas pour Dead Kings.

Au niveau de la jouabilité, certains nouveaux éléments sont très intéressants, notamment la nouvelle arme Mortier-Guillotine. Celle-ci est en fait un fusil à gros calibre muni d’une lame au bout. Arno l’utilise donc un peu comme une hache lourde en combat, mais il est aussi possible de lancer un projectile explosif à un grand nombre d’ennemis. Personnellement je préfère une arme plus rapide, mais l’addition est intéressante. Autre nouveauté notable, la présence d’un « chef de groupe » dans grands groupes d’ennemis. Ceux-ci ont un symbole particulier juste au-dessus d’eux pour mieux les identifier. Lorsque vous entamez un combat contre un grand nombre d’ennemis, tuez rapidement le chef de groupe et les autres mécréants seront effrayés par votre puissance et s’enfuiront tout simplement. C’est donc un élément qui peut changer votre approche de combat.

ACU_Dead-Kings_DLC_4-Underground_Stealth_1411403066

Enfin, Dead Kings contient aussi plusieurs puzzles intéressants, notamment avec des boutons à activer et des symboles à suivre. Rien de trop difficile mais juste assez pour devoir se creuser la tête un peu. J’ai été agréablement surpris par cet aspect et je crois qu’Ubisoft devrait inclure ces éléments avec plus de régularité dans les jeux futurs de la franchise.

En tout, il m’aura fallu environ 3 heures de jeu seulement pour compléter Dead Kings, un temps plus court qu’à l’habitude. Lorsque je fais la comparaison avec le plus qu’excellent Freedom Cry, un contenu téléchargeable pour Assassin’s Creed Black Flag, Dead Kings fait pâle figure. Évidemment, celui-ci est gratuit mais lorsque je mets en contexte que celui-ci aurait dû être payant au départ, j’avoue que j’aurais vécu une déception certaine à avoir déboursé pour un contenu aussi court. Au moins, ce n’est pas le cas.

Au final, Dead Kings m’a laissé un peu sur ma faim. Autant j’ai apprécié Assassin’s Creed Unity, probablement plus que la moyenne des gens en font, autant Dead Kings est une déception pour moi à plusieurs niveaux, que ce soit la finition du titre ou simplement son scénario un peu banal. Évidemment, difficile d’être très critique envers un contenu téléchargeable qu’on donne gratuitement, mais je crois tout de même que celui-ci aurait mérité un peu plus d’attention. À compléter donc, pour ceux qui ont dévoré Unity, mais si vous n’avez pas été très fan, vous ne perdrez rien du tout à ne pas jouer à Dead Kings.

Ma note : 6,5 / 10

Évalué sur Xbox One, disponible aussi sur PlayStation 4 et PC
Disponible en français
Visitez le site officiel : http://assassinscreed.ubi.com/en-CA/dlc/assassins-creed-unity-dead-kings.aspx 

Les commentaires sont fermés.