[Critique] Metroid Prime Trilogy

Nintendo a récemment relancé Metroid Prime Trilogy sur Wii U en version numérique sur le eShop. Évidemment, il m’aurait été difficile de ne pas me replonger dans le cœur de cette aventure épique.

Lorsqu’on parle aux admirateurs de la franchise Metroid, il y a généralement deux clans : le clan Prime et le clan « Super Metroid » qui représente sans doute le mieux l’apogée de ce titre en version 2D. Sans vouloir déclarer un vainqueur entre les deux idéologies, je dirai simplement ceci : c’est comme essayer de décider quel chef d’œuvre est un plus grand chef d’œuvre que l’autre. Simplement. Vous avez deux chefs d’œuvres entre les mains, alors festoyez plutôt !

Pour ma part, la franchise de Metroid ne m’a jamais attirée avant la série Prime créée par Retro Studios. Ce renouveau de la franchise « fonctionnait » mieux avec mon cerveau, à l’instar de la franchise de Zelda lorsque le saut a été fait à la 3D avec Ocarina of Time. Mais l’adaptation ne fut pas facile. Je me rappelle avoir recommencé Metroid Prime au moins quatre fois avant de bien comprendre la mécanique du jeu et de l’apprécier à sa juste valeur. Mais quelle bonne décision ce fut de poursuivre dans cette direction avec obstination !

Je pourrais évidemment aborder ce texte d’une manière plus classique, comme toutes mes autres critiques sur L’épée Légendaire, ou même y aller d’une analyse en profondeur en analysant les écrits et les textes à l’intérieur même du jeu, mais ce n’est pas mon intention. Aujourd’hui, mon objectif est simplement d’exprimer tous les sentiments que j’ai vécus et que je vis encore en plongeant dans cette aventure de science-fiction incroyable qui fait de Metroid Prime Trilogy un titre à part.

Dès le départ, l’ambiance d’une station spatiale abandonnée, des couloirs inquiétants, des créatures étranges, un monstre gigantesque et Ridley : notre Némésis de toujours. Dès les premières minutes, ce sentiment que nous ne sommes qu’un grain de sable dans cet océan qu’est l’Univers et ce sentiment, il ne nous quitte vraiment jamais.

Encore aujourd’hui, je considère que cette franchise a toujours été le summum des capacités techniques des consoles de Nintendo à leurs époques respectives. D’abord sur Gamecube avec Prime et Prime 2 : Echoes, mais aussi avec Corruption sur Wii. Je trouve étrange qu’il soit possible de créer un tel sentiment d’incertitude dans le cœur du joueur, mais chez celui qui a déjà exploré cet univers et cette franchise plus d’une fois. Mais tout est tellement parfait : l’ambiance, le graphisme, la bande sonore et la quantité incroyable de contenu caché en objets et en écrits à l’intérieur du titre. Et un sentiment d’incertitude constant.

Ce sentiment d’incertitude vous habitera dès les premiers instants de jeu, mais aussi bien plus loin dans l’aventure. Même avec toutes les armes obtenues, tous les grades de votre armure et tous les viseurs, jamais vous n’aurez l’impression d’être en plein contrôle, de marcher droit devant en sachant exactement où vous allez et ce que vous devrez faire. À chaque fois, le jeu vous surprendra avec de nouveaux ennemis dans des endroits déjà visités ou proposera un nouvel itinéraire grâce à un nouvel équipement.

C’est là la plus grande force de Metroid Prime Trilogy : cette direction artistique incroyable qui force le joueur à puiser dans sa force intérieure constamment pour vaincre un sentiment de peur certain et de le transformer en désir de progresser et d’explorer davantage.

Évidemment, tout n’est pas parfait, car la trilogie de Metroid Prime rappelle aussi que ce titre avait été produit pour la Wii et que les contrôles de Corruption avec la Wiimote et le Nunchuck ont été appliqués unilatéralement aux trois jeux. Les joueurs qui réussirent à maitriser ce thème de contrôle ont pu découvrir une méthode très précise, en particulier avec la visée avancée, mais c’est rebutant pour certains, j’en conviens. Il aurait été plus sage de proposer aussi le support de la manette classique, ce qui aujourd’hui aurait rendu la compatibilité avec le Gamepad de la Wii U, ce qui n’est malheureusement pas le cas.

Mais faites l’effort, je vous le recommande fortement. Les premiers instants demanderont une forte adaptation, mais rapidement vous maitriserez comme un pro et les contrôles vous apparaitront énormément fluides et naturels. Je vous l’assure.

Je n’ai pas de mot pour dire combien je suis heureux d’avoir pu me replonger dans cette magnifique franchise à part entière. Définitivement un chef d’œuvre autrefois plus difficile à trouver, voilà que Nintendo vient d’offrir la possibilité à tous de compléter une saga entière sur Wii U pour un prix plus qu’acceptable. Metroid Prime Trilogy n’est pas qu’un défi comme jeu de tir, mais aussi un grand défi d’exploration, d’essais et erreur qui ne laisse personne indifférent. C’est une grande recommandation. Voilà un titre qui ne vieillira jamais.

Ma note : 9,5 / 10

Par Maxime Tremblay

Testé sur Wii U
Disponible en anglais seulement
Visitez le site officiel : http://metroid.com/primetrilogy/

Les commentaires sont fermés.