[Critique] Morningstar: Descend To Deadrock

Une chose qu’il manque à la plupart des jeux qui se disent d’horreur est l’atmosphère lugubre. En fait, c’est possible d’avoir un jeu sans aucun saut, sans aucun monstre, juste avec cet atmosphère de « quelque chose va se passer ». Chaque racoin d’un corridor semble difforme parce que notre cerveau craint ce qu’il pourrait cacher. Imaginez à quel point il est possible que ça soit intense sur une planète extra-terrestre!

2015-02-10_00002

L’histoire de Morningstar : Descend to Deadrock est plutôt simple. Trois astronautes se sont écrasés sur une planète qui n’est fait pratiquement que de sable. L’un de ces individus, Powell, est en état suffisamment convenable pour tenter de comprendre ce qui s’est passé et trouver moyen de survivre alors qu’un de ses coéquipiers est mort et que l’autre, le capitaine Novak, est grièvement blessé. Donc, à l’aide des conseils de son capitaine et des objets qu’il trouve, le protagoniste cherche à comprendre la raison de leur crash et à élucider le mystère de la planète Deadrock en même temps qu’il tente de trouver un moyen pour la quitter.

Ce jeu d’aventure utilise un système assez rétro de Point and Click. Autrement dit, le joueur n’utilise que sa souris au cours du jeu entier. Grâce à elle, il devra chercher des indices et des objets au-travers de plusieurs écrans. Effectivement, le joueur ne bouge pas réellement son personnage. C’est plutôt une succession d’images qu’il faut survoler avec la souris pour en découvrir ce qu’elles cachent. Ensuite, le joueur doit apprendre à combiner ses trouvailles pour accomplir certains puzzles.

2015-02-11_00005

Comme la plupart des jeux du genre qui existaient auparavant – c’est un style qui s’est perdu avec le temps – le joueur n’a pas de risque réel. Il peut prendre le temps qu’il désire à fouiller et chercher les alentours jusqu’à ce qu’il trouve comment procéder à la suite. Il m’est arrivé à trois ou quatre reprises de ne pas savoir quoi faire. J’ai donc attrapé ma liste d’objets et j’ai commencé à tenter de tout mélanger. Au final, c’était logique, je n’avais simplement pas suffisamment écouté lors de mes cours de Science Physique au secondaire. À vrai dire, il n’y a pas de moment où j’ai eu une épiphanie tellement le casse-tête était complexe et que j’ai dû y réfléchir. De l’autre côté, ces quelques moments m’ont plutôt frustré, mais dans l’ensemble, je crois que c’est bien balancé.

Durant les trois heures de la durée de mon aventure, j’ai été enchanté de voir qu’un certain suspense planait au-dessus de mon exploration. À plusieurs moments, je me suis demandé quel allait être la fin. Plusieurs questions sont apparues dans ma tête alors que je jouais. Je crois que les développeurs ont suffisamment donné d’indices pour que ça soit intriguant, mais j’aurais quand même aimé en savoir plus.
L’ambiance est vraiment bien, tant visuelle qu’audio. Les images sont vraiment bien faites et elles sont supportées par une interface qui n’est pas grotesque et qui ne prend pas un espace ridicule contrairement aux jeux de l’époque d’or du genre jeu d’aventure. Le tout est plutôt subtil, en comparaison.

2015-02-11_00001

Finalement, pour un jeu d’aventure hors de son ère, Morningstar : Descend to Deadrock m’a gardé en haleine lors de toute mon expérience. Les moments de frustrations dus à la mécompréhension d’un puzzle sont restés à un minimum tout à fait compréhensible et, pour les autres casse-tête, j’avais l’impression d’être brillant. Parfois, des bases en science semblent nécessaire pour bien comprendre certains mélanges, mais ce n’est rien de complètement insensé. Tout ce qui est sonore et vidéo est bien, principalement en ce qui concerne l’atmosphère. Malheureusement, le jeu est très court; il peut être complété à cent pourcent à l’intérieur de trois heures. Je crois que c’est un mauvais côté simplement parce que j’avais du plaisir et que j’aurais aimé continuer ma partie parce que, sinon, mon expérience fut satisfaisante!

2015-02-10_00005

Ma note: 7,5/10

Testé sur PC
Site web officiel: http://www.postudios.com/company/games/morningstar/

***
Cet article a été écrit par Jonathan « Dumby » Lessard, Concepteur de jeux vidéo présentement chez Beenox, chanteur pour Endless Rebirth et écrivain de La Lame Mystique.

Twitter: @Crusifyx
YouTube: VideoGamesViking
Tumblr: Crusifyx
Steam: SuperSatan2dot0
PSID: Crusifyx
***