[Critique] Dying Light

Dying Light est le nouveau venu du studio Polonais Techland qui est reconnu entre autre pour les séries Dead Island et Call of Juarez. Ce jeu de zombie se veut le successeur spirituel de Dead Island.

Le jeu se déroule dans la ville de Harran situé au moyen orient, où une épidémie s’est déclenchée. La ville est mise en quarantaine pour éviter toute propagation de la maladie. Les personnes infectées se transforment en zombie, à moins qu’ils puissent s’injecter de l’antizine. Ce médicament permet de retarder la métamorphose en mort vivant, en attendant que les chercheurs trouvent un remède pour guérir complètement la maladie.

Vous incarnez Kyle Crane, un agent sous couverture envoyé à Harran afin de retrouver un politicien qui a en sa possession des documents pouvant nuire au GRE. Le Global Relief Effort (GRE), est une agence qui vient en aide aux survivants mais qui souhaite avant tout protéger ses intérêts.

Dans Dying light, vous devrez explorer la ville de Harran pour ramasser différents composants afin de fabriquer, améliorer ou réparer vos armes. Au début du jeu vous devrez vous battre avec des bouts de tuyau rouillés ou de planches. Au fil de votre aventure, vous trouverez des armes plus puissantes. Cependant la progression est assez lente, il faut donc utiliser des tactiques défensives au début du jeu afin de survivre. Par exemple vous devrez utiliser des fusées éclairantes et des pétards pour distraire les zombies pendant que vous traversez la zone.

Vous pourrez aussi améliorer votre personnage avec 3 différents arbres de compétence. Le niveau de vos compétences augmentera selon la façon dont vous jouer avec votre personnage. Par exemple si vous faites beaucoup de parkour, votre personnage gagnera plus d’agilité. À chaque niveau gagné vous pourrez choisir une nouvelle compétence.

Comme dans la plupart des jeux en monde ouvert, vous pouvez déverrouiller des campements qui serviront entre autre de refuge à l’approche de la nuit. Malheureusement, il n’est pas possible de faire un déplacement rapide entre les camps que nous avons découvert. Si vous êtes pris à l’extérieur à la tombée de la nuit, attendez-vous à une expérience de jeu bien différente. Les zombies sont beaucoup plus agressifs que pendant le jour et les rapaces font leur apparition. Ces derniers sont très difficiles à vaincre en bas niveau. Petit conseil, soyez très silencieux pendant vos déplacement la nuit ou dormez dans un campement pour continuer votre exploration au lever du soleil.

Le jeu vient plus intéressant quand on y joue en coopération. Vous pouvez y jouer jusqu’à 4 personnes en « matchmaking » ou avec vos amis. Il y a aussi un mode « Be the Zombie » qui vous permettra de jouer un rapace dans la campagne d’un autre joueur.

Les contrôles demandent une certaine adaptation au début. En vue à la première personne, vous devrez faire du parkour pour vous déplacer dans la ville. En plus de cette adaptation, l’assignation des touches, qu’on ne peut pas changer, n’est pas optimale. Par exemple, pour sauter il faut utiliser le bouton « R1 » au lieu du bouton « X ».

Dans Dying Light vous en aurez pour plusieurs heures de jeu. De nombreuses quêtes secondaires sont disponibles en plus de l’histoire principale. Il vous sera par exemple demandé d’aller récupérer des provisions en ville ou d’activer des pièges pour tuer des zombies.

Personnellement, l’histoire principale du jeu ne m’a pas accrochée. C’est peut-être dû aux personnages ou à la mauvaise traduction francophone que je n’y accroche pas. L’ambiance de Dying Light est excellente grâce au son impeccable et un beau visuel granuleux qui donne un effet cinématographique. Cependant ses petits défauts de jouabilité et une histoire peu intéressante vous feront peut-être décrocher rapidement. Si vous voulez vraiment jouer à ce jeu, assurez-vous d’avoir des amis avec qui jouer pour une expérience plus intéressante.

Ma note 7/10

Par Maxime Dubé
Testé sur PlayStation 4
Disponible en français
Site Officiel: www.dyinglightgame.com

Posted In:

1 Comment

  1. Pour ma part j’adore les jeux de zombies et pourtant je n’avais pas acheté les dead island car je trouvé que graphiquement ne m’aurait pas rapporté du plaisir a y jouer.
    Mais ici je pense que ce jeu va nous mettre une claque. Et le mode coop sera super fun

Les commentaires sont fermés.