[Critique] Grapple

Désirez-vous en apprendre plus sur la vie d’une boule semi-liquide? Voulez-vous en apprendre sur ses aventures spatiales dans l’Univers où les formes géométriques bleues permettent de naviguer et les formes rouges sont mortelles? Hé bien, accrochez-vous parce qu’on parle du dernier titre de Tuesday Society : Grapple!

L’éditeur Midnight City, plus connu pour Gone Home et Double Dragon : Neon, nous arrive avec le premier titre de cette nouvelle compagnie indépendante dans lequel le joueur se retrouvera face à des dizaines de défis plus casse-têtes les uns que les autres. L’objectif est de se rendre au point de fin de niveau, étant une sorte de trou noir, le plus rapidement et agilement possible tout en trouvant tous les objets à collectionner!

La balle à moitié liquide possède trois habiletés : coller à n’importe quelle surface bleue, tirer une sorte de corde ou ligne pour s’accrocher et sauter. Ainsi, grâce à ses capacités et à la physique, la boule pourra se déplacer de plateforme en plateforme en passant en dessous, par-dessus ou sur les côtés selon les situations. Autrement dit, la seule chose qui retient le joueur est sa compréhension des pouvoirs de la balle et sa propre capacité à bien utiliser la coordination et la physique.

2015-03-03_00002

Grapple mise sur la dextérité et la vitesse de réflexion du joueur. Les défis requièrent une habileté particulière à naviguer et une certaine maîtrise du clavier et de la souris, car la manette n’est pas une option au moment où cette critique est écrite – à mon grand désarroi. Quelques décisions m’ont incommodé au début, comme le fait que la boule n’avance pas lorsque la caméra est directement au-dessus d’elle et, donc, il faut utiliser ladite caméra pour bien orienter sa direction. Je dois avouer avoir pris quelques niveaux avant de bien comprendre pourquoi ma balle ne fonctionnait pas toujours de la même façon, mais, après un temps, je me suis habitué.

Question artistique, disons simplement que ce n’est pas le point de vente! Le jeu utilise une seule skybox pour tous ses environnements et absolument toutes les textures des plateformes se classent dans deux catégories, les choses auxquels il est possible de s’accrocher avec la corde et les autres que non, et deux couleurs, bleu vivant et rouge mort. Il y a un peu de diversité dans les formes et dans l’emplacement, mais ce n’est pas le but du jeu. Quant à la musique, elle est définitivement d’un bon goût, sans être trop entraînante, elle laisse place à la réflexion, mais elle n’est tout de même pas trop répétitive.

2015-03-03_00003

Finalement, je crois que Grapple est un jeu satisfaisant. Ce n’est quand même pas un jeu pour tout le monde! Il faut un esprit plutôt calme – ou masochiste – pour accepter de mourir aussi souvent. J’ai passé plusieurs minutes à m’enrager parce qu’à certains moments c’est difficile de trouver le bon rythme et la méthode la plus efficace, mais j’ai apprécié! Évidemment, les premiers niveaux ne sont pas dignes du reste du jeu et, aussi, je conseillerais à ceux qui débutent de passer le plus rapidement les quelques niveaux didacticiels pour atteindre une difficulté plus adéquate par la suite! Sans être complètement innovant, c’est un jeu avec un quelque chose de spécial plutôt bien fait qui réserve quelques surprises! J’ai bien hâte de voir ce que nous réserve Tuesday Society à l’avenir!

2015-03-03_00001

Ma note: 7,5/10

Testé sur PC
Site web officiel: http://grapple-game.com/

***
Cet article a été écrit par Jonathan « Dumby » Lessard, Concepteur de jeux vidéo présentement chez Beenox, chanteur pour Endless Rebirth et écrivain de La Lame Mystique.

Twitter: @Crusifyx
YouTube: VideoGamesViking
Tumblr: Crusifyx
Steam: SuperSatan2dot0
PSID: Crusifyx
***