[Critique] Dragon Ball XenoVerse

Afin de vous mettre dans le contexte de ma critique, je dois préciser qu’une des franchises iconiques qui a vraiment marqué ma jeunesse, c’est Dragon Ball. J’ai toujours été en complète admiration envers les personnages de ce manga. Même si ma mère n’aimait pas beaucoup la violence qui était mise de l’avant dans celle-ci, elle me laissait tout de même lire mon livre dans le panier du Club Price pendant qu’elle faisait les courses. C’était d’ailleurs un des sujets chauds à la petite école et ce fut difficile pour moi d’accepter la fin de la série au 42e livre et que la suite ne serait jamais localisée ici.

Puis, vint la sortie du premier jeu que j’ai réellement apprécié à l’effigie de la franchise et c’était Dragon Ball : Budokai Tenkaishi 2 sur Wii. Je ne sais pas si c’est la jouabilité avec la Remote et le Nunchuk ou l’histoire très complète, mais j’adorais incarner Goku et revivre sa Saga. L’année suivante, j’eus tout autant de plaisir avec sa suite, mais j’ai vite trouvé l’expérience un peu redondante. Si bien que, l’an dernier, quand j’ai fait le saut dans Dragon Ball Z : Battle of Z sur PlayStation Vita, j’ai été un peu déçu. C’était donc sans grande attente que je me suis lancé dans le nouvel opus intitulé Dragon Ball XenoVerse.

Je n’avais absolument rien lu à propos de ce nouveau jeu, c’était donc une belle surprise pour moi de constater qu’on nous laissait créer notre propre personnage après une courte introduction. Que ce soit un Namekian, un Saiyan, un Terrien, un Majin ou un personnage de la race de Frieza, on a vraiment le choix de son personnage que ce soit féminin ou masculin. Je trouve cette approche vraiment intéressante parce qu’on se sent encore plus impliqué dans l’univers. De plus, chaque race possède ses attributs dans lesquels ils sont un peu plus experts.

La prémisse accompagne d’ailleurs parfaitement cette nouveauté. Dans l’univers parallèle où se trouve le Trunks provenant du futur, les choses ne se passe pas très bien. Il collecte donc tous les Dragon Ball et demande à Shenron de faire apparaître un guerrier qui sera en mesure de l’aider à patrouiller le Temps. C’est là que notre héros vient en jeu. Tout n’a cependant pas été réinventé. Dans cette dimension intemporelle, Trunks remarque que les parchemins renfermant l’histoire de Dragon Ball ont soudainement commencé à générer beaucoup d’énergie très sombre. Bien qu’ils soient bien protégés dans la voute du Temps, il semblerait que des forces maléfiques tentent de modifier le cours de l’histoire. Trunks nous mandate donc d’aller aider les personnages iconiques de la série a respecté leur destinée. En suivant cette toute nouvelle aventure, vous aurez l’occasion de découvrir de nouveaux personnages (du moins pour ceux qui ne sont pas familier avec Dragon Ball Online) autant gentils que méchants et il ne tiendra qu’à vous de vous assurer que la ligne du temps sera respectée.

Je dois dire que je suis extrêmement heureux de cette nouvelle approche. Principalement, parce qu’il y a beaucoup d’amateurs de la franchise qui ne veulent pas qu’on touche à l’histoire, mais cela créait nécessairement une redondance d’un jeu à l’autre. Or, en positionnant l’histoire ainsi, on fait d’une pierre deux coups. Les développeurs ont osé ajouter une partie d’histoire très intéressante sans pour autant toucher, à quelques petites exceptions près, la saga principale. En plus, celle-ci tient quand même très bien dans l’univers d’Akira Toriyama et je l’ai grandement apprécié.

Un autre point important est qu’il n’y a pas juste la race de notre personnage qui est personnalisable, on peut aussi lui apprendre ou débloquer pratiquement toutes les attaques des différents héros et méchants de la série. Durant l’aventure, ces personnages nous offrent aussi de devenir leur apprentie et apprendre leur arsenal d’attaques qui leur est propre. Tous les amateurs de la franchise ont déjà rêvé d’incarner un de ceux-ci et c’est l’occasion parfaite d’être leur enfant prodige. Il en est de même pour les différentes armures. On peut porter, par exemple, l’habit de l’empereur Pilaf ou encore l’armure des Ginyu Forces et chacun possédera ses attributs avantageant un certain trait de notre héros. Il y a même les accessoires comme le radar que les combattants attachent sur leur œil afin de détecter la puissance de leurs adversaires. Enfin, on peut même monter de niveau et ainsi améliorer les attributs de notre héros. Bref, les éléments de jeu de rôle ont très bien été intégrés dans le jeu.

La jouabilité n’est cependant pas encore tout à fait parfaite. Il y a encore plusieurs aspects qui me dérangent dans les jeux de Dragon Ball, comme les attaques qui se placent parfois un peu difficilement ou la caméra qui n’est pas encore parfaite. Il y a aussi le fait qu’on est limité dans nos enchaînements de combos. Dès que l’ennemi est par terre, il peut se relever et se défendre instantanément même s’il ne fait pas face à l’attaque. D’ailleurs, c’est un peu bizarre que dans n’importe quelle situation, il soit possible de parer les attaques même celle dans notre dos. Sinon, dans l’ensemble, le fait d’avoir un intéressant groupe d’habiletés et d’être en mesure d’en obtenir de nouvelles ou les changer à notre guise est assez génial. Enfin, c’est vrai qu’il y a de la redondance, mais pas plus qu’à l’habitude avec ce genre de jeu et les nouveautés compensent amplement.

Visuellement, le jeu reprend bien la série animée, les films et le Manga. C’est vraiment agréable et les nouveaux personnages semblent tirés directement des mains de monsieur Toriyama particulièrement durant les cinématiques. Puis, lorsqu’on passe aux combats et à la jouabilité, les graphiques sont tout aussi jolis. Ils ont aussi repris plusieurs acteurs de la série pour faire les voix comme Chris Sabat qui fait celles de Yamcha, Vegeta et Piccolo. C’est absolument primordial pour les amateurs comme moi. Même les sons ressortent plus clairement et plus près des animés que jamais. Je n’ai rien à redire sur tous les aspects artistiques de Dragon Ball XenoVerse.

Le dernier point que j’ai souligné, c’est tout le contenu qui est offert. Que ce soit la très longue campagne solo ou encore toutes les quêtes secondaires qui se réalisent autant en ligne que hors ligne, il y en a facilement pour plusieurs dizaines d’heures.

En conclusion, je sais que Dragon Ball XenoVerse a reçu des critiques plutôt mitigées et c’est pourquoi mon introduction est si importante. Je suis un grand amateur de la franchise et je trouve que les développeurs ont fait un pas de géant au niveau de l’ensemble de l’œuvre. Je n’ai pas vu le temps passer en jouant à cet opus et c’est certainement une aventure qui plaira aux amateurs de la franchise. Pour les autres, je crois que l’histoire va peut-être sembler un peu trop complexe et la jouabilité répétitive. Je recommande donc d’avoir un minimum de connaissance avec cet univers et, pour une rare fois, j’ai bien hâte de voir ce qui s’en vient dans les DLC qui ont été annoncés.

Ma note: 8,5/10

Par Anthony Gravel
Testé sur Xbox One (aussi disponible sur PS4, PS3, Xbox 360 et PC)
Pas disponible en français
Site officiel: http://www.dragonballxenoverse.com/

Les commentaires sont fermés.