[Critique] Xenoblade Chronicles 3D

Lorsqu’il est paru sur la Wii en 2012, Xenoblade Chronicles a été encensé par les critiques et les joueurs. Malheureusement, sa sortie en fin de vie de la console et le nombre limité de copies disponibles on fait en sorte que plusieurs joueurs sont passés à côté. Voilà donc pourquoi un grand nombre de gens attendaient la sortie de son portage sur la New 3DS. Est-ce que la passage sur console portable a réussi, c’est ce que l’on va voir.

Dans Xenoblade Chronicles, on incarne le rôle de Shulk, un jeune résidant de la Colonie 9 qui profite  de la paix qui règne depuis la fin de la guerre contre les Mechons, des êtres mécaniques qui recherchent l’extermination des habitants de Bionis. Malheureusement pour notre héros, la tranquillité des habitants de la colonie sera rompue par une nouvelle attaque des Mechons. C’est alors que Shulk est ses compagnons se lanceront à la poursuite des attaquants afin de venger les résidents de la colonie et découvrir la raison des ces nouvelles attaques. En cours de route, Shulk rencontrera des nouveaux compagnons ayant eux aussi leurs raisons pour mettre fin aux Mechons. Il apprendra également à découvrir  les pouvoirs du Monado, une épée légendaire étant la seule arme connue pouvant blesser les Mechons. Si l’histoire peut sembler simple à première vue, cette dernière se complexifie lentement tout au long du périple de Shulk et on se rend vite compte que tout n’est pas noire et blanc dans ce conflit que tente d’influencer des forces externes.

Si l’histoire est un des points les plus importants pour un JRPG à mon avis, le système de combat l’est tout autant et celui de Xenoblade Chronicles est excellent. Ce dernier fait un peut penser à un MMO et je m’explique. Tout d’abord, tous les ennemis sont visibles, par contre la façon dont les combats avec ceux-ci se déclenchent varie selon leur type. En effet, si certains ennemis vous ignorent et que vous devez choisir d’engager le combat avec eux, d’autres vous attaqueront dès l’instant où ils vous verront ou entendront. Il y aura également des ennemis qui réagiront à vos actions, c’est-à-dire qu’ils viendront aider ceux que vous avez décidé de combattre. Si j’ai mentionné plus tôt que le système de combat me rappelait celui des MMO, c’est du au déroulement des combats eux-mêmes. Tout les membres de notre équipe ont une attaque de base qui est exécuté automatiquement si l’on ne fait rien. Par contre, ils possèdent également une série d’attaques spéciales parmi lesquelles choisir. Le hic (et une force de ce système) est que chacun de ces coups spéciaux a un temps de rechargement entre chaque utilisation, il faut donc faire attention, surtout lors des combats de boss, à bien choisir l’ordre d’exécution de nos attaques.

Un défaut de certains JRPG, est la difficulté des combats relativement au niveaux de nos personnages. Encore une fois, celle-ci est très bien balancée ici. Lorsque l’on sélectionne un ennemi, son niveau est affiché à l’écran ce qui nous indique immédiatement si un combat est trop difficile. Pour la difficulté des combats elle-même, elle est bien adaptée à notre niveau. Lorsque l’on combat des ennemis à notre niveau, ces derniers sont corrects. Si l’on décide d’affronter un ennemi supérieur de quelques niveaux au notre, le combat sera toujours réalisable mais demandera plus de stratégie. De même, les combats contre les différents boss sont équitables pour quelques raisons. Premièrement, ces derniers ne sont jamais d’un niveau outrageusement haut en comparaison au notre. Deuxièmement, à chaque occasion où je suis mort, la raison principale est que je n’avait pas choisi les bonnes attaques. Dans les rares fois où je n’étais pas assez fort, un « grinding » de quelques niveaux à réglé le problème. Finalement, ce que je préfère des combats de Xenoblade Chronicles est le fait qu’il n’y pas de « game over » lorsque l’on échoue. On retourne simplement au marqueur le plus proche (marqueurs qu l’on découvre au fur et à mesure) sans perdre le fruit de notre « grinding. Cela vaut aussi pour les combats contre les boss avec le bonus supplémentaire que nous pas a revoir les cutscenes.  J’ai également été surpris de voir que lors des combats de boss avec plus d’une phase, on ne recommençait pas depuis le début.

Au niveau de sa jouabilité, Xenoblade Chronicles nous ramène à l’époque des JRPG où l’exploration du monde était mise à l’avant scène. En effet, le monde de Xenoblade Chronicles est immense et prendra une quantité énorme temps à explorer en entier, temps qui passera excessivement vite tant il y a de choses à voir et à faire. Que ce soit pour continuer l’histoire principale, faire la multitude de quêtes secondaires ou simplement pour admirer les différents environnements, parcourir le monde de Bionis est une véritable joie. Parlant des quêtes secondaires, celles-ci, bien qu’étant simple dans leur but (éliminer un nombre x de monstres, ramasser un nombre x d’objets ou tuer des monstres précis) sont rendues agréables à remplir par le fait (simple mais apprécié) qu’il n’est pas nécessaire de faire un aller-retour chez les NPC qui offrent ces quêtes et le lieux où elles sont réalisées. Une fois les conditions remplies, on reçoit la récompense peut importe l’endroit où l’on se trouve.

Graphiquement, Xenoblade Chronicles est en général égal à la version originale sur la Wii. Si d’autres jeux du même genre sur 3DS sont plus beaux visuellement, Xenoblade nous offre tout de même une magnifique direction artistique. La diversité, mais surtout la grandeur immense des différents environnements, est très bien rendue. Un autre aspect qui rend le visuel du jeu excellent est l’alternance entre le jour et la nuit qui est très bien réalisé. Côté sonore, ce qui frappe le plus est sans contredit la musique qui est parmi les meilleures du genre. Chaque lieu à sa propre pièce qui lui va à merveille. Du côté des performances vocales, bien qu’au départ j’ai eu quelques difficultés avec l’accent britannique de certains personnages, je dois avouer qu’avec le temps je m’y suis habitué et qu’elles sont aussi très bonnes.

Finalement, qui dit portage, dit adaptation pour la nouvelle plateforme. Tout d’abord, je peux vous rassurer, la New 3DS n’a absolument aucune difficulté à faire rouler le jeu. Là où le bas blesse quelque peu selon moi, c’est au niveau de l’utilisation des fonctionnalités propres à la console, particulièrement les nouvelles. Tout d’abord, bien que l’écran du bas soit utilisé pour afficher des informations ( les statiques de nos héros ainsi que la mini-carte du jeu), la fonctionnalité tactile de celui-ci est tout simplement inutilisé même dans les menus. Au niveau du c-stick (un des ajouts majeurs de la New 3DS), ce dernier est utilisé pour déplacer la caméra. Si les déplacements horizontales fonctionnent très bien, je trouve que verticalement, le mouvement de la caméra fonctionne moins bien (par sa vitesse et sa précision). Pour les nouvelles gâchettes, la nouvelle de droite permet d’afficher la carte en entier sur l’écran du haut, c’est tout. Pour terminer, comme le nom du jeu l’indique, ce dernier offre maintenant la possibilité d’être jouer en 3D. Comme pour tous les jeux auxquels j’ai joué sur 3DS je trouve que, bien qu’étant réussie, cette dernière n’apporte rien de significatif au jeu, raison pour laquelle je l’ai désactivé.

Quoique je j’aurais aimé que Xenoblade Chronicles 3D profite un peu plus des fonctionnalités de la console, il n’en reste pas moins que c’est un excellent jeu. Si vous l’avez manqué sur la Wii et que vous possédez une New 3DS, vous ne serez pas déçu de votre achat.

Ma note : 8.5/10

Par Jérôme Lévesque
Testé sur la New 3DS
Visitez le site officiel : Xenoblade Chronicles 3D

1 Comment

  1. Salut Max, je me suis acheté la new 3DS exclusivement pour jouer à ce jeu. C’est un 2e essai pour moi car je l’avais déjà essayé sur la Wii. Je veux y laisser une seconde chance car que je crois que je n’avais pas pris le temps d’y consacrer le temps voulu étant donné que j’étais déjà engagé dans d’autres aventures sur d’autres plateformes. De plus, je m’ennui de la proximité de jouer avec ma 3DS car mon petit garçon m’a chipper la mienne pour jouer à son « ptit Kerby » comme qu’il dit 😉

Les commentaires sont fermés.