[Critique] Hyperdimension Neptunia U: Action Unleashed

Vous voulez du fan service? Prenez-en, il y en a pour tout le monde! Le nouveau hack’n’slash de Compile Heart, développé par Tamsoft (Senran Kagura) n’a pas peur de montrer de la peau dans ce nouvel opus de la série Hyperdimension Neptunia, disponible depuis le 19 mai sur PlayStation Vita.

Avertissement: cette critique contient des images qui peuvent ne pas convenir à un environnement de travail.

Le jeu débute alors que 2 journalistes, Dengekiko et Famitsu (inspirées des médias japonais du jeu vidéo Dengeki et Famitsu, sans même tenter d’être subtil) décide de faire un article sur les CPU (Console Patron Units). Alors que l’une des journalistes passe l’entrevue avec les CPU, l’autre s’occupe d’en faire une avec les candidates CPU, les petites soeurs des CPU.

Mais qu’est-ce qu’une entrevue exactement? Il s’agit pour les journalistes de suivre les CPU dans une quête et de les voir à l’oeuvre. Étrangement, après le premier article, le nombre de quêtes se met à augmenter à un rythme fou, et les journalistes décident de faire un second article.

L’histoire n’est donc pas le point fort du jeu. Elle est plutôt un prétexte pour justifier des quêtes assez répétitives. Évidemment, on s’attend d’un hack’n’slash du genre d’avoir un style de jeu répétitif, mais le gros défaut de celui-ci se trouve dans le fait que toutes les arènes, dans un même secteurs, sont presque toutes identiques mais surtout petites et fermées. On ne vous demandera jamais de trouver des endroits cachés, d’explorer un peu en plus de devoir combattre. On se limite simplement au combat.

Même quand les quêtes ont des descriptions plus complexes, le combat est le seul moyen de terminer la quête. Par moment, on doit trouver un objet. Un monstre va éventuellement laisser tomber cet objet. Certaines quêtes « incomplètes » n’ont pas d’objectif, il faut le deviner. Pour les avoir toutes faites, il ne suffit que de tuer des monstres jusqu’à ce que l’on réussisse la quête. Des fois, il s’agira de battre le boss de la quête avec une attaque en particulier, mais rien au delà de ça.

La compagnie pour laquelle les journalistes travaillent leur offre de l’équipement qui leur permet d’utiliser un pouvoir semblable au HDD (Hard Drive Divinity) des CPU. On se retrouve donc avec 10 personnages avec lesquels combattre. Comme dans les autres jeux, chaque personnage utilise des attaques différentes selon son type d’armes. On y retrouve des utilisatrices d’épées, de marteaux, de magie, une qui tire de la mitraillette et une qui frappe à coup de homard géant (des fois, il vaut mieux ne pas se poser de questions). Plusieurs type de jouabilité au final, donc plusieurs tactiques de combat à maîtriser.

Et vous n’avez pas le choix, pour terminer le jeu, de toutes les maîtriser: même si le jeu en mode normal est assez facile, certaines quêtes vous obligent à utiliser des personnages précis et suggèrent un niveau assez élevé pour parvenir à ne pas vous faire détruire. Mais certains personnages sont évidemment plus facile que les autres à utiliser: Neptune donne des coups d’épée et tournoie sans arrêt, alors que Blanc donne de très puissants coups de marteau, mais laisse toujours un délai entre deux attaques, donnant à l’ennemi une occasion d’attaquer.

Heureusement, pour une quête, on choisit toujours 2 personnages entre lesquels on peut basculer si le combat devient trop demandant pour un type d’attaque.

La nouveauté de Action Unleashed, dans la catégorie « fan service« , est le « Costume Break ». Quand un personnage reçoit trop de dégâts, ses vêtements se déchirent. Évidemment, la distribution du jeu ne contient que des personnages féminins sans quoi ce serait moins intéressant. Le Costume Break fait qu’une soit votre linge en pièce, votre défense est réduite mais votre attaque augmente et votre EXE Gauge (qui vous permet d’utiliser le HDD) augmente plus rapidement.

Le plus drôle, c’est la façon que le jeu a de complètement avouer que c’est du fan service pur et dur, en offrant des vêtements pré-déchirés, des vêtements qui déchirent plus facilement ou des « fan service free outfit« , littéralement des vêtements sans fan service, qui ne déchirent pas.

Une fois le jeu terminé, deux nouveaux modes s’offrent à vous.

Le Gamindustri Gauntlet vous laisse choisir un personnage avec lequel combattre et vous met face-à-face avec les autres personnages du jeu en combat singulier. L’objectif est simplement de gagner tous les combats et de gagner le tournoi. Vous devez idéalement réussir avec tous les personnages disponibles (incluant les formes HDD des CPU).

Une fois le Gamindustri Gauntlet gagné pour la première fois, la Neptral Tower devient disponible. Vous choisissez 2 personnages, et vous devez réussir 50 quêtes les unes après les autres, sans changer de personnage et sans mourir. Les défis peuvent être aussi simple que de tuer un seul monstre, comme de devoir en tuer 1200. Évidemment, plus l’on monte dans la tour, plus les défis deviennent difficiles.

Ma plus grosse déception reste le compteur de combos. Le nombre de coups consécutifs comptés arrête à 999, et les dommages arrêtent à 9,999,999. Considérant qu’après environ 7 heures de jeu, je dépassais déjà facilement le compteur, et que le jeu m’a pris environ 15 heures à terminer, je considère que les compteurs auraient bénéficié d’un chiffre supplémentaire, surtout que ce type de jeu se concentre beaucoup sur le nombre de dégâts causés.

Ce qu’il faut comprendre avec la série Hyperdimension Neptunia, c’est qu’elle se concentre beaucoup sur les gens qui aiment compléter les jeux pour avoir le trophée platine. Il faut donc réussir toutes les quêtes, gagner le Gauntlet avec tous les personnages, escalader la Neptral Tower avec tous les personnages ainsi qu’augmenter l’affinité de tous les personnages avec tous les autres personnages (oui, ça faut beaucoup de personnages).

Il est évident que si votre objectif est de jouer à un hack’n’slash épique sur des cartes gigantesques où vous pouvez explorer plutôt que de vous concentrer sur les quêtes, Hyperdimension Neptunia U: Action Unleashed n’est pas pour vous.

Mais comme dans le reste de la série, Action Unleashed est bourré d’humour et de références au monde du jeu vidéo, le quatrième mur est brisé à plusieurs reprises et vous pouvez y jouer juste une fois de temps en temps sans y investir tout votre temps. Si vous aimez le fan service, c’est encore mieux, le jeu en a à revendre!

Ma note : 8.5/10 

Par Antoine Bouchard

Disponible sur PlayStation Vita, en anglais. Voix japonaises disponibles.
Site officiel: http://ideafintl.com/neptunia-u/