[Critique] High Strangeness

Sommes-nous seuls? Existe-t-il d’autres planètes habitées, d’autres mondes, d’autres Univers? Si oui, pourquoi ne sont-ils pas entrés en communication avec nous? Pourquoi n’avons-nous aucune information sur les autres êtres vivants? Il y a deux possibilités : soit nous sommes seuls dans l’Univers, soit nous ne le sommes pas. Les deux sont également terrifiantes (citation d’Arthur C. Clarke)

High Strangeness est un jeu qui se décrit comme 12— bits dans le sens qu’il change régulièrement entre deux mondes rétro : le 8 — bits et le 16— bits. Ce titre indépendant né de la collaboration de Crystal Labs et de Barnyard Intelligence Games et de la publication de Midnight City en plus de Majesco Entertainment fut, avant, un projet lancé par Kickstarter. Avec l’aide de toutes ces personnes et équipes, ce jeu, qui nous rappel Zelda : A Link to the Past ou, jusqu’à un certain point Chrono Cross, a finalement pu atteindre les plateformes Wii U et Steam.

Mécaniquement, le jeu est plutôt simple. Avec une manette, il y a une touche d’action qui permet les attaques et une autre qui, une fois appuyée, lance l’activation d’objets. Une troisième touche permet les déplacements rapides et, finalement, le dernier bouton ouvre le menu dans lequel diverses informations sont disponibles et où il est possible de changer d’équipement. Les objets se gagnent au cours du jeu, en suivant l’histoire, et peuvent être renforcis en échangeant les yeux des ennemis combattus et vaincus — ressources originales — contre des améliorations.

La dernière option qu’offre le jeu est de changer de qualité visuelle. En fait, c’est plus profond que ça. En appuyant sur les boutons situés au-dessus de la manette, Boyd, le personnage principal, peut voyager entre deux dimensions. Grâce à cette habileté, il peut découvrir de nouveaux endroits et accomplir des puzzles. Ce pouvoir lui permet de vaincre certains adversaires et de passer à des endroits inaccessibles autrement.

Les éléments qui lui permettent d’en faire autant sont les crânes de cristal. Selon l’histoire de High Strangeness, des morceaux résiduaires du Big Bang ont été lancés dans toutes les directions. Ces pièces, au nombre de sept et ressemblantes à des crânes, détiennent de grands pouvoirs. La plupart sont détenus par des êtres d’un autre monde, les Keepers, qui s’amusent à torturer des peuples comme les terriens. En gros, ce sont eux qui causent tous les maux de la Terre : désastres naturels, politiciens corrompus, meurtres, génocides, etc. Cependant, Boyd et son groupe composé d’un vieux savant, d’un chat parlant et d’une femme d’une autre dimension sont sur le coup et veulent sauver tous les mondes.

Malgré le fait que les mécaniques permettent quelque chose de très original, j’ai été plutôt déçu de la direction très linéaire du jeu. Les options sont nombreuses avec la quantité d’objets diversifiés comme des disques compacts que le héros peut lancer, les bombes qu’il peut laisser derrière, la capacité de créer des blocs ou de paralyser les gens environnants. Cependant, tout ça est utilisé d’une façon très rectiligne.

Évidemment, musicalement et visuellement, comme on peut s’y attendre, le jeu a une ambiance fortement vieille école. Que ce soit les graphiques ou les effets spéciaux, tout transpire d’une époque révolue qui est, étrangement, de retour à la mode. Le style est bien fait, toutefois, et malgré quelques parties plus louche du décor, le tout est sensé et joliment agencé, mais sans plus.

Pour finir, je suis content et satisfait de mon expérience avec High Strangeness! Néanmoins, j’ai un petit pincement au cœur de voir tout ce beau, fantastique, potentiel utilisé qu’au premier degré. Ce qui fait qu’un jeu est incroyable est qu’il utilise des mécaniques sur plusieurs niveaux, qu’il montre que quelque chose de simple à comprendre et analyser et peut être utilisé dans plusieurs circonstances différentes. Ce n’est là qu’un avis personnel! Je suppose que quelqu’un qui n’a pas joué à autant de jeux de la sorte ne sera pas déçu. En même temps, je crois que cette même personne n’aura pas autant de plaisir avec ce titre-ci!

Ma note: 7/10

Testé sur PC
Site web officiel: http://highstrangenessgame.com/

***
Cet article a été écrit par Jonathan « Dumby » Lessard, Concepteur de jeux vidéo présentement chez Beenox et écrivain de La Lame Mystique.

Twitter: @Crusifyx
YouTube: VideoGamesViking
Tumblr: Crusifyx
Steam: SuperSatan2dot0
PSID: Crusifyx
***