[E3 2015] Quelques minutes avec Tom Clancy’s The Division

Je ne sais pas si c’est parce que le concept de Tom Clancy’s The Division restait vague dans ma tête, mais jusqu’à dimanche dernier, il ne figurait pas dans ma liste des jeux les plus attendus. En fait, c’était le cas jusqu’à la conférence d’Ubisoft de lundi dernier. C’est à ce moment que j’ai été très surpris par la démonstration en direct se dérouler sous mes yeux. Si bien que Mélanie et moi avions un consensus lors de notre visite des kiosques de la compagnie. Avec un temps assez limité, il fallait à tout prix, essayer ce jeu.

Ma neutralité lors de l’annonce initiale venait probablement du fait que le style à la troisième personne me donnait l’impression que ça n’allait être qu’un dérivé de la série Ghost Recon. Pourtant, on est loin de ça. The Division est un mélange entre un jeu de tir à la troisième personne et un jeu de rôle. En effet, monter de niveau, développer ses attributs et trouver les armes légendaires sont des aspects primordiaux si vous voulez mettre les chances de votre côté.

Pour la démo, j’ai expérimenté exactement ce que les développeurs ont présenté durant la conférence. Évidemment, le résultat était loin d’être aussi peaufiné qu’eux. On a donc joué en équipe de trois et chacun d’entre nous avait des habiletés assez uniques. Pour ma part, je pouvais lancer des explosifs afin de les faire détonner en plus d’avoir une mine que je dépose sur le sol et qui traque les ennemis qui s’approchent de moi.

La prise en main s’est faite de manière très fluide. Les contrôles sont très intuitifs et je me suis rapidement adapté. Puis, comme tous bons jeux de tir à la troisième personne, on se déplace rapidement d’un obstacle à l’autre afin de ne pas se faire repérer. La furtivité est très importante et il vaut mieux se tenir loin d’une ligne de tir ouvert à un éventuel tireur d’élite percher dans la ville.

Le jeu est effectivement très beau et on se sent bel et bien dans New York. On reconnaît très bien le quartier de Manhattan ainsi que plusieurs points de localisations iconiques. La ville semble aussi plus déserte que jamais, mais étrangement la neige rend le paysage un peu moins sombre. Celui qui dirigeait notre démonstration nous a ensuite fait remarquer que pratiquement tout dans l’environnement est destructible et est prompt à l’exploration.

Ensuite, avant de débarquer dans la « Dark Zone », je me suis arrêté au système de XP qui semble très développé. Chaque personnage possède son propre arbre de talent et chaque joueur et ennemi possèdent son propre niveau. Pour moi, c’est un point très positif, car jusqu’à présent, les jeux d’action RPG sont ceux dans lesquels j’ai passé le plus de temps (Destiny et Borderlands). Je suis confiant pour The Division.

Une fois dans la zone de PvP, c’est là que la quantité d’action s’est empilée. J’ai été surpris que cette portion du jeu fût déjà dans mon univers sans avoir à passer par du chargement. Il suffisait de sauter la clôture et, dès lors, on plongeait dans ce secteur très dangereux. C’est le coin le plus contaminé et les forces de l’ordre ont pour mission d’éliminer tous les êtres qui passent dans la région. C’est aussi là où les meilleurs trésors se cachent, mais où vous êtes le plus vulnérables. Des joueurs et des personnages non joueurs y sont présents et il faut être très prudent. Personnellement, ce que j’ai aimé le plus dans cette partie, c’est me tenir bien loin et tirer les bombonnes de gaz des ennemis non joueur pour les voir exploser quelques secondes plus tard.

Par contre, le plus grand défi réside dans le fait qu’une fois que vous avez un bon butin, il faut passer par une extraction pour l’ajouter à notre arsenal. Alors, on doit se déplacer vers un point précis où vous allez déployer l’extraction qu’il faudra, par la suite, défendre jusqu’à ce qu’elle soit complète. Malheureusement, c’est aussi un secteur risqué et qui est rempli de joueurs. Une alliance avec ces derniers est peut-être l’option la plus sage, mais c’est beaucoup moins payant et il y a toujours un risque qu’ils vous trahissent. Avec mon équipe, nous avons donc, bien sûr, opté pour la trahison. Ce fut un furieux combat très excitant et qui m’a gardé en haleine, malgré un résultat final non concluant.

En conclusion, j’ai beaucoup aimé mon expérience avec Tom Clancy’s : The Division. Le tout a duré environ une vingtaine de minutes qui s’est déroulé très rapidement. Je suis aussi très heureux de la présentation actuelle, car les nombreux délais m’avaient laissé un peu perplexe. J’ai désormais très hâte à la sortie officielle du jeu prévue, pour l’instant, pour le 8 mars prochain sur Xbox One, PlayStation 4 et PC.

Posted In:

2 Comments

  1. La manière que tu as décrit ton expérience, j’ai l’impression d’y être. Le concept du jeu m’attire énormément : post-apocalyptique, RPG, petites équipes, félonie ! Très hâte à sortie moi aussi!

Les commentaires sont fermés.