[Critique] Steins;Gate

Cette critique sera essentiellement courte. Pas en raison du peu de plaisir que j’ai eu lorsque j’ai embarqué dans l’aventure Steins;Gate sur PS Vita. Non, c’est seulement en raison du genre particulier que représente ce jeu. Mais je peux vous dire ceci : chaque once de mon corps a aimé ce périple.

Commençons donc par ce que je disais, c’est-à-dire le style particulier du jeu. Il s’agit d’un roman visuel, un genre qui s’apparente à une bande dessinée dans laquelle nous pouvons interagir en temps et lieu. Pour être honnête, l’interaction est très peu présente, consistante essentiellement au contrôle du cellulaire du personnage principal. Par contre, même si cela semble peu, sachez que le lexique est vraiment gargantuesque, avec une explication pour tous les mots qui peuvent sembler problématiques lors de notre lecture. Donc, pour la prise en main, pas besoin de vous dire que c’est accessible aux gens de 7 à 77 ans.

Une histoire phénoménale vous attend

Donc, si le jeu consiste principalement à faire la lecture, on est en droit d’exiger une histoire qui mérite d’être lue, non? Je peux vous assurer qu’il s’agit bel et bien du cas de Steins;Gate. Avant d’avancer quoi que ce soit, je dois vous mettre en garde sur le type de personne qui devra, à première vue, être intéressé par cet univers. Steins;Gate est une fiction qui insère habillement une portion de réalité. Cette réalité couvre le domaine scientifique, ce qui peut rebuter certaines personnes dès le départ. La science-fiction étant aussi partie prenante, d’autres y trouveront leur compte dans cet aspect. Mais il serait dommage de ne pas être de l’aventure simplement parce qu’il ne s’agit pas de notre domaine de prédilection.

Le personnage principal est loin d’être le héros que notre planète a besoin. Okabe Rintarou ou Kyouma Hououin le scientique fou comme il se présente, est tout sauf sain d’esprit. Il désire régner sur Terre dans son monde de terreur. Mais pour se faire, il doit mettre fin à la domination de l’Organisation, un groupe dont on sait très peu de choses, mais qui, selon son avis, contrôle tous les faits et gestes des grandes corporations. Pour sa part, Shiina Mayuri est une jeune fille qui ne s’intéresse aucunement au monde complexe et imaginaire d’Okabe. Elle, c’est la fabrication de costumes et la nourriture qui prennent une part importante de sa vie. Hashida Itaru, aka le Super Hacka, est le cerveau informatique du trio. Rien ne peut lui barrer la route, il peut s’infiltrer dans n’importe quel serveur si cela est nécessaire.

D’autres protagonistes s’ajoutent aussi au fil de l’aventure avec leur personnalité propre et attachante. Mais ce qui les réunit tous : les voyages intemporels. Après avoir fabriqué un four à micro-onde qui fait réchauffer son contenant à distance, ils se rendent compte que cet objet a une autre fonction, celle de déplacer les objets dans l’espace-temps. Comment cela se peut-il? Mais il y a d’autres mystères qui viennent s’ajouter à cela : qui est John Titor, un homme qui dit venir de futur? Et pourquoi l’organisation SERN, reconnue mondialement, semble faire toujours partie des discussions sur le sujet? Il n’y a pas à dire, les mystères sont nombreux et, petit à petit, ils finiront par trouver une explication. Mais est-ce que vous êtes prêt à faire face à cette réalité?

Une esthétique travaillée  

En dehors de son histoire fantastique, Steins;Gate possède d’autres atouts intéressants. Visuellement, le jeu est très beau, avec des graphiques de qualité. Malheureusement, la grande majorité du jeu contient des images arrêtées. Il aurait été agréable d’avoir plus de cinématiques. Comme je le disais, l’histoire étant envoûtante, les dialogues doivent être parfaits pour rendre le tout le plus réaliste possible. C’est le cas et il est même possible d’ajouter que la narration faite par les acteurs qui ont doublé les personnages est de première qualité. Malheureusement, le jeu n’est pas doublé en anglais ni en français (les sous-titres sont en anglais), mais même si celui-ci est dans la langue d’origine, soit le japonais, on peut tout de suite remarquer les intonations de voix qui apportent une excellente expérience. Même si je ne parle pas la langue, l’immersion est totale et il devient difficile de lâcher le jeu. Le travail fait par l’équipe de 5pb et Nitroplus semble avoir été reconnu puisqu’il existe maintenant des déclinaisons du jeu à la télévision, dans des mangas et même au cinéma. Il est commun de voir des livres ou émissions devenir des jeux vidéo, mais l’inverse est un peu plus rare.

Le verdict

Steins;Gate fait parti des jeux expérimentaux qui ne plairont pas à tous en raison de notre inaction dans le jeu. Mais pour ceux qui seront tentés, c’est une des plus grandes aventures qui leur seront offertes sur un plateau d’argent. Il reste seulement à savoir si vous allez y succomber.

Finalement, cette critique n’était pas si courte que cela. Sans doute en raison du bonheur que Steins;Gate ma procurée.

Ma note : 9/10

Testé sur PlayStation Vita
Aussi offert sur Xbox 360, PC et PS3
Doublé uniquement en anglais