[Critique] XBlaze – Lost: Memories

Il est vrai de dire que la réalité du marché des visual novel est de loin très différente en Occident comparativement au Japon. La grande majorité de ceux-ci ne voient jamais le jour chez nous mais, depuis quelques années, on peut constater qu’il y a une augmentation des titres qui sortent sur nos tablettes. On décrit le visual novel comme étant un genre qui se rapproche plus du livre que d’un jeu traditionnel. Il faut donc s’attendre à beaucoup de dialogues.

Pour ma part, c’est la première fois que j’essaye ce genre donc on peut conclure que je ne suis pas le public cible du jeu. Par contre, j’ai plongé dans cette histoire avec un esprit ouvert et critique.

Une histoire – Deux scénarios

Le premier scénario est celui du protagoniste ‘Me’. Elle est une jeune magicienne qui doit s’occuper de sa petite sœur depuis la mort tragique de sa mère. Toutefois, celle-ci disparaît sans laisser de trace et ‘Me’, paniquée, ouvre la porte de l’atelier de son père où il effectuait des expériences dangereuses. Par la suite, elle se réveille avec une perte de mémoire dans un monde parallèle appelé Phantom Field.

Tout le long de cette quête pour retrouver sa petite sœur et sa mémoire, ‘Me’ sera accompagné de l’excentrique ‘Nobody’ qui semble être la seule habitante de ce monde. Cette histoire va principalement avancer avec des dialogues entre ces deux personnages. De plus, elles ont chacune une personnalité complètement différente, ce qui amène certains moments cocasses.

Le deuxième scénario, qui contient plus d’actions, d’intrigues et de rebondissements, est basé sur le personnage appelé ‘Es’. Elle est une création Sōichirō Unomaru qui était l’antagoniste du précédent opus Xblaze – Code : Embryo. Il donnera à ‘Es’ la mission de protéger le jeune étudiant Tōya Kagari qui possède des pouvoirs uniques.

Tōya sera traqué par de puissants magiciens, ce qui fera place à plusieurs combats. Malheureusement, le graphisme du jeu très statique est tout sauf exaltant pendant ces moments. Sauf des sons et des coups d’épée simulés par des lignes de couleur sur un fond noir, vous devrez utiliser votre imagination pour savoir ce qui se passe réellement. Je trouve ça dommage, car l’action est l’une des forces du style anime.

Malgré une histoire qui est complexe et bien élaborée, les sujets abordés sont légers et simples. On parle des relations familiales, interpersonnelles et amoureuses. Je crois que peu importe ce qui vous accroche dans une histoire, vous trouverez votre compte dans ce roman graphique.

Un graphisme qui ne se démarque pas

Vu que l’on passe plus de 90 % du temps à regarder des images, la direction artistique est un point très important dans ce visual novel. Contrairement au jeu Amnesia: Memories, que ma collègue Mélanie Boutin-Chartier a critiqué dernièrement, les dessins ont un manque flagrant de profondeur et de détails. Ce qui amène une utilisation excessive des mêmes animations de chaque personnage.

J’ajouterais que je ne suis pas un admirateur du fan service. Normalement, quand c’est intégré de façon où le tout n’est pas forcé, ça me dérange pas trop. Par contre, dans XBlaze : Lost Memories, il y a plusieurs scènes superflues où le seul but est de montrer des images à connotation érotique. C’est déplacé et inutile.

Un jeu que l’on ne joue pas

La jouabilité dans XBlaze : Lost Memories se résume à contrôler ‘Me’ dans le Phantom Field avec une vue de haut et un graphisme rétro 16-Bits. Le but étant de ramasser une quantité suffisante de cristaux de mémoire pour débloquer le prochain niveau. Le graphisme rétro est beau mais, malheureusement, le jeu nous oblige d’explorer des niveaux vides et répétitifs.

De plus, on doit répondre à un quiz de quatre questions qui se rapportent sur les précédents dialogues entre ‘Me’ et ‘Nobody’. Au-delà d’une pause entre deux segments d’histoire, j’ai trouvé que cela n’apporte rien de positif à l’expérience de jeu. Pourquoi être questionné sur des détails superflus ? Il n’est aucunement nécessaire d’avoir bien enregistré l’information que ‘Nobody’ aimerait aller à l’école un jour afin de bien comprendre l’histoire. De plus, si tu choisis une mauvaise réponse, tu dois recommencer le quiz du début jusqu’à la réussite de celui-ci.

Toutes ces portions de jouabilité brisent l’élan immersif du jeu et se transforment plutôt en un fardeau inutile et long.

Verdict

Si vous êtes un adepte des visual novel et un fan de la série XBlaze, l’histoire vous plaira mais préparez-vous à une jouabilité des plus ennuyante. Pour les autres, je conseille fortement de regarder ailleurs pour vous initier à l’univers du visual novel.

Ma note : 5.5/10


 

Par Damien Boudreault
Critique effectuée sur Vita
Aussi offert sur PS3
Voix japonaise et sous-titres anglais
Visitez le site officiel : http://aksysgames.com/xblaze2/