[Critique] Giana Sisters : Dream Runners

Après avoir joué quelques heures à Giana Sisters : Dream Runner, je me suis demandé comment j’allais bien pouvoir présenter ce jeu et en faire une critique. Difficile de se prononcer sur un jeu qui a toutes les caractéristiques d’un simple mode qui aurait dû faire partie d’un titre bien plus grand et plus garni.

Allez hop !

Sans histoire et sans vrai tutoriel, le jeu nous propose tout simplement de faire des courses de parcours soit en ligne, entre amis ou seul contre des adversaires contrôlés par l’ordinateur. On peut jouer avec maximum de quatre joueurs.

Le but du jeu est simplement d’être plus vite que nos adversaires. Nous devons donc terminer le plus rapidement possible le parcours pour arriver à sortir littéralement les autres joueurs du champ de vision de la caméra du jeu. Une fois le premier adversaire sorti de la caméra, un décompte de 30 secondes démarre et, une fois celui-ci à zéro, le joueur en tête du parcours gagne la manche. La partie se termine après 3 manches remportées par un même joueur.

003

En ligne ou entre amis

Le titre offre trois modes de jeu soit une course avec classement, une course sans classement ou une course locale avec des amis ou des ennemis contrôlés par l’I.A. (c’est quoi l’I.A?) J’ai essayé à différentes reprises de trouver une partie multijoueur en ligne avec ou sans classement et, malheureusement, je n’ai jamais réussi à tomber sur d’autres joueurs. Heureusement, l’expérience avec des bots est sympathique et nous pouvons contrôler leur niveau de difficulté.

Des parcours variés

Le jeu propose 9 tableaux qui sont, somme toute, assez variés. Vous serez amené à sauter, grimper, glisser, détruire ou voler au-dessus ou en dessous d’une variété d’éléments, en plus de tous les ennemis et autres pièges sur votre parcours. Vous pourrez accumuler des cristaux qui permettent de courir plus vite ou alors récupérer des attaques-surprises pour prendre le dessus sur vos adversaires. Attention, par contre, à ce que votre attaque-surprise ne se retourne pas contre vous, ce qui arrive plutôt fréquemment.

002

Un air de déjà vu…

Les éléments des décors sont plutôt jolis. Les passages d’un univers à un autre en traversant un portail sont réussis et ajoutent du dynamisme au jeu, mais le tout rappelle étrangement le précédent opus de Giana Sisters. Beaucoup d’éléments semblent avoir été repris littéralement ou partiellement lors de la création du jeu. Ça n’enlève rien à la qualité visuelle du titre, mais ça donne un air de déjà-vu.

Une caméra casse-pied

Un des gros problèmes dans ce jeu, c’est la caméra. Nous nous perdons parfois dans le jeu, car la caméra est loin, un peu trop élevée. Nos personnages sont très peu distinctifs et finissent par se confondre dans le décor.

Même si vous jouez seul contre des ennemis contrôlés par l’ordinateur, vous devrez vivre avec une caméra qui ne se centrera jamais sur votre personnage. Je peux comprendre que le but du jeu est de sortir nos adversaires de l’écran, mais ça devient vraiment pénible quand on est au bout de l’écran et qu’on ne voit rien des obstacles devant nous.

001

Un mode de jeu à Giana Sisters : Twisted Dreams

Si nous regardons ce que proposait Giana Sister : Twisted Dreams, on se rend compte que les éléments du jeu ont été réutilisés de façon abondante dans Dream Runners. Autant visuellement que pour les mécaniques de base et on ne peut pas s’empêcher de se dire que le jeu est, au mieux, un mode du titre sorti en 2012. Pour environ une dizaine de dollars, le jeu est une option correcte pour jouer en groupe de par son côté extrêmement compétitif. Par contre, il reste, à mes yeux, un mode qui aurait pu être inclus dans Giana Sister : Twisted Dreams et qui, à lui seul, manque de consistance.

Ma note 6.0/10


Par Jonathan Harvey
Critique effectuée sur XBox One, aussi disponible sur  PlayStation 4 et PC
Jeu disponible en Jeu disponible en français et en anglais
Visitez le site officiel : http://blog.black-forest-games.com/

Posted In: