[Critique] SOMA

C’est à la suite du succès d’Amnesia : The Dark Descent que l’équipe de Frictional Games travaillait sur un autre jeu d’horreur. SOMA est maintenant disponible sur PC et PS4 depuis la fin du mois de septembre et devrait permettre,  une nouvelle fois, au studio de se démarquer et d’avoir du succès. Le titre propose une immersion réussie ainsi qu’un scénario complexe et intriguant. Je vous propose, donc, ma critique de la version PS4 du jeu d’horreur SOMA.

Même s’il ne propose pas une jouabilité hors du commun, le titre emmène le joueur avec lui au cœur d’une histoire qui lui demandera de réfléchir tout au long de son aventure. SOMA propose de partir à la découverte d’un scénario très bien ficelé dans un jeu d’horreur et de science-fiction à la vue subjective.

Un sujet polémique

Dès le départ, le joueur est complètement transporté dans un univers qui traite d’un sujet faisant polémique dans la société, le transhumanisme. Ce thème est source de débat, car il consiste aux améliorations que l’on peut faire sur l’ensemble du corps humain ou du cerveau pour augmenter les capacités intellectuelles ou encore arrêter le vieillissement. Dans SOMA, le joueur y incarne, donc, Simon, un sujet d’expérience d’un laboratoire située à Toronto.  Après quelques minutes de jeux seulement, le protagoniste de l’histoire se réveille dans une salle complètement différente. Les événements qui suivent vous demanderont de naviguer à l’intérieur de couloir froid et très métallique. Je n’entrerai pas plus dans les détails de la suite du scénario, car ce serait du gâchis pour les joueurs voulant essayer de jouer à SOMA. Même si le jeu traite du transhumanisme, les développeurs ne tentent pas de vous donner une morale précise, ce sera aux joueurs de faire son propre avis sur ce sujet.

Des décors à la Bioshock

C’est l’une des premières comparaisons qui m’ont sautée aux yeux dans les premières heures du jeu. Les différents décors et les sensations qu’ils me procurent me font rapidement pensé à Rapture de la série Bioshock.  Cependant, ne vous inquiétez pas le titre demeure très originale et offre une ambiance prenante. C’est d’ailleurs très important pour un jeu d’horreur. Le joueur doit être stressé du début à la fin et les développeurs de Frictional Games ont réussi à atteindre cet objectif. Les effets sonores et la musique transportent le joueur dans un univers sombre et peu accueillant. Lieu dans lequel il devra avancer s’il désire terminer l’histoire du jeu si prenante.

Armes interdites

Le personnages que vous contrôler ne possède aucune arme et lors de votre rencontre avec certains ennemis, vous devrez fuir. C’est le seul moyen que vous offrent les développeurs de SOMA. En terme de jouabilité, vous pouvez vous pencher sur le côté et observer les couloirs avant d’y entrer et de vous rendre vulnérable. Vous devrez aussi accomplir certaines tâches et énigmes pour faire avancer le scénario. Même si ces éléments peuvent sembler lassant, sachez qu’ils permettent au jeu d’offrir un peu de diversité que simplement jouer à une partie de cache à cache avec les monstres.

Des défauts ?

Après ces quelques, j’imagine que vous vous demander si SOMA comporte certains défauts. Ne vous inquiétez pas, comme tout dans la vie, le titre n’est pas parfait. Plusieurs de mes homologues affirment avoir eu des problèmes d’optimisation. Concernant la version PlayStation 4, je n’ai eu aucun ennui à ce sujet. L’autre côté négatif du jeu est sans doute sa longue introduction. Cette dernière demandera aux joueurs plusieurs heures avant d’être complétée. Cette longueur peut décourager certains joueurs à s’embarquer pleinement dans l’aventure que proposent les développeurs.

Un excellent titre indépendant

Malgré que certains amateurs diront que SOMA manque d’originalité, le titre propose un scénario immersif et intriguant tout en étant très joli au niveau des graphismes. La durée de vie est plus que respectable,  8-15 heures, et même si le jeu à pour thème un sujet polémique, les développeurs laissent le choix au joueur de faire son propre avis. L’ambiance horrifique est très bien faite et nous met dans un certain stress sans pour autant nous faire sursauter avec des Jump-Scare.

SOMA est sans aucune doute, l’un des meilleurs jeux d’horreur de l’année 2015 et permet de reprendre les bases des classiques du genre tout en se démarquant de la compétition.

Ma note 8.5/10


Par Marc-Antoine Bergeron Côté
Critique effectuée sur PS4
Aussi disponible sur PC
Jeu sous-titré en français
Visitez le site officiel : http://somagame.com/