[Critique] Animal Crossing : Happy Home Designer

S’improviser designer d’intérieur sans budget, sans coût et avec une grande sélection d’objets et d’outils, voilà ce que propose Animal Crossing Happy Home Designer !

Dans Happy Home Designer, on incarne un designer d’intérieur nouvellement embauché par Nook Immmobilier ! Et oui, ce cher Nook est de retour !!! Quelques personnages connus sont de retour tel que Nook (évidement), Lionel et quelques autres dont les noms ont été légèrement modifiés mais dont le physique est facilement reconnaissable !!!

Bref, à notre arrivée, Nook pose des questions permettant de construire notre personnage : cheveux, yeux et peau. Par la suite, on fait la connaissance de Lou qui explique le fonctionnement de l’agence et nous remet notre uniforme ! C’est ainsi que l’aventure commence.

En étant débutant dans le métier, Lou nous assiste pour le premier contrat. On la suit donc chez notre premier client. Chaque client a une demande, son décor de rêve ainsi que quelques objets pour partir le tout. Ces désirs sont inscrits dans un carnet auquel on a accès via un icône sur l’écran tactile.

On se rappelle que dans les autres jeux d’Animal Crossing, il pouvait être long et parfois pénible d’amasser une collection complète d’objets; sans compter qu’il fallait amasser des clochettes afin de pouvoir acheter les dits objets. Eh bien, c’est chose du passé ! Chaque projet proposé dans le jeu débloque des séries selon les goûts et les demandes du personnage. Il n’y a pas de budget à gérer non plus. Le rêve quoi !

Ainsi, on vogue de projets en projets jusqu’à ce que Marie, de la mairie, approche la compagnie pour le développement commercial de la ville. Nook nous charge donc des projets d’expansions commerciales. On sera amené à s’occuper de l’école, l`hôpital, le café et j’en passe. Une fois les projets d’urbanisation terminés, on a le choix de continuer à décorer ou rénover les maisons des clients ou rénover les commerces sus mentionnés !

Tant de nouveautés amènent une jouabilité différente. Celles-ci ne résident pas dans la façon de se déplacer sans le jeu ou dans les graphiques qui sont toujours aussi beaux mais dans les outils proposés pour faire le travail de design. En effet, on n’est pas livré à nous même dans le jeu.

L’écran tactile est un panneau de contrôle où tous les outils acquis au fil des projets se retrouvent. Ainsi, on dispose d’un calepin où sont inscrits les désirs des clients. On a le plan du terrain et la maison à décorer. Les différents menus sont accessibles via l’écran tactile à l’aide du stylet.

Tel que mentionné, nul besoin de secouer des arbres pour avoir les moyens d’acheter les meubles ou tout ce que l’on peut avoir besoin pour faire un décor de rêve. Les collections sont débloquées au fur et à mesure. On se voit aussi remettre le Manuel du Joyeux Décorateur ! Dans ce livre, on retrouve des notions et des trucs de décorations qui nous donne accès à d’autres objets et d’autres fonctionnalités telles que changer les portes et les fenêtres ou mettre une sonorité d’ambiance par exemple. Ainsi, on démarre notre aventure avec une base mais le jeu s’enrichie au fur et à mesure !

L’univers est ouvert mais en-dehors des maisons des particuliers, on n’a pas le choix de l’emplacement des différents commerces. De plus, on choisit l’emplacement de chacune des maisons sur une carte et le jeu l’y déplace automatiquement. Donc en-dehors de la place commerciale, on ne se déplace pas vraiment dans ce jeu.

On met à profit la plupart des contrôles présents sur la console. Que l’on parle du stylet ou des flèches directionnelles en passant par les boutons R et L, chacun à son rôle dans le jeu. La fonction 3D est aussi mise à profit pour l’effet de profondeur. J’ai essayé mais comme je n’aime pas vraiment, je l’ai enlevée et cela n’a pas affecté mon expérience du jeu.

Comme j’ai mentionné plus haut, les graphiques sont vraiment beaux. Les couleurs sont vivantes et attirantes. Bien sûr, on parle d’Animal Crossing donc cela peut avoir l’air enfantin mais le plaisir de jouer rester le même. Les transitions sont fluides, je n’ai pas eu de « bogages » ou d’accrocs d’aucune sorte. La musique devient redondante et les voix des personnages m’ont toujours un peu agacée mais il y a un merveilleux bouton sur la console qui s’appelle volume qui permet de palier à ce désagrément !!!

Avec la venue des Amiibos chez Nintendo, on se doute bien que le jeu les exploite aussi ! C’est un petit plus apportés au jeu. N’ayant pas d’Amiibo je n’ai pu utiliser les fonctions en lien avec ceux-ci et avec le lecteur /enregistreur CCP. Ces deux nouveautés permettent entre autre d’entrer en contact avec les clients par téléphone ou ordinateur et voir avec eux s’ils désirent une rénovation ou une nouvelle construction sans avoir à se déplacer pour leur demander… Encore là, le fait de ne pouvoir utiliser ces fonctionnalités ne m’a pas repoussée.

J’ai eu un léger choc arrivée à la fin des projets d’urbanisation car j’ai eu droit à un petit générique. Je me suis alors dit que je ne paierais pas pour un jeu aussi court. En fait, le jeu semble être scindé en deux en quelque sorte. Il y a la première partie qui met l’accent sur le développement urbain et la deuxième sur le développement domiciliaire. J’ai donc d’autres heures de jeu devant moi !

J’ai vraiment aimé mon expérience. Le fait de ne pas courir après toutes les collections intéressantes et surtout, après les clochettes m’a vraiment permis d’apprécier le jeu. Le scénario coule bien et il y a toujours quelque chose à faire. Comme le jeu n’est pas en temps réel, on n’a pas besoin d’attendre pour entreprendre quoi que ce soit. Par contre, j’ai plus ou moins aimé ne pouvoir faire qu’un projet « par jour de jeu ». En effet, à la fin d’un projet, on retourne chez Nook, on fait le rapport et on retourne chez soi. Ce qui revient à sauvegarder et à quitter mais pas complètement car le jeu demande si on désire continuer ou arrêter. Il faut dire aussi qu’il y a beaucoup de lecture alors si vos enfants ne sont pas en âge de lire, vous devrez probablement rester près afin de lire pour eux les informations nécessaires au bon déroulement du jeu.

Bref, j’ai vraiment aimé jouer à Animal Crossing Happy Home Designer. La latitude permise dans le jeu, les nombreuses modifications qui peuvent être faites ajoutent vraiment à l’expérience! Il n’est pas obligatoire d’avoir joué aux autres jeux afin d’aimer celui-ci, car l’orientation est complètement différente. Un autre bijou signé Nintendo !

Ma note : 8/10


 

Par Mireille Tremblay

Exclusif sur Nintendo 3DS
Disponible en français
Visitez le site officiel : http://www.animal-crossing.com/