[Critique] System Shock Enhanced Edition

Quoi de mieux, en se réveillant, qu’un complot d’une entité artificielle contrôlant une station spatiale ayant pour objectif de détruire la planète Terre tout en devenant une sorte de Dieu créé par l’Homme pour gouverner l’Homme? Dites-vous que c’est l’état dans lequel s’éveille le protagoniste de System Shock.

System Shock a touché les tablettes il y a de ça plus de vingt ans! À l’époque, les critiques et chroniqueurs adoraient l’histoire, les environnements, la physique et les effets 3D qui étaient, il faut le dire, au-dessus de la moyenne pour l’époque. La réception fut donc suffisamment positive pour permettre à Looking Glass Studios de garder le cap vers le futur et de produire d’autres titres.

L’histoire tourne autour d’un pirate informatique qui regrette une décision stupide. Le protagoniste s’est fait prendre la main dans le sac alors qu’il tentait de pirater les dossiers d’une compagnie nommée TriOptimum. Un des hauts gradés de cette compagnie propose au pirate de conclure une entente. Il doit modifier les protocoles de l’Intelligence artificielle responsable de la station Citadel et lui enlever la partie de code qui fait en sorte qu’elle suit les règles d’Asimov en échange de quoi la compagnie oubliera les méfaits du personnage principal. En plus, elle lui offrira une sorte d’augmentation cérébrale très rare. L’appât du gain combiné à la frousse des répercussions fait en sorte que le héros accepte et, après avoir réussi, se fait implanter la puce et va en sommeil post-chirurgical. À son réveil, SHODAN, l’IA, a pris la gouverne de toute la station orbitale et veut détruire la Terre.

Night Dive a fait un bon boulot de restauration. La version améliorée maintenant disponible chez GOG.com a beaucoup de bons côtés. Les graphiques ont été polis et la résolution a été augmentée pour permettre aux ordinateurs de nos jours d’afficher les images en plein écran. De plus, il est maintenant possible de choisir parmi trois réallocations des touches et même d’avoir un support de la souris permettant un contrôle de la caméra. Le meilleur côté est bel et bien l’accessibilité du jeu puisque ce dernier date d’un bon moment et est plutôt difficile à retracer.

Cependant, j’ai vraiment, mais vraiment, ressenti que le jeu n’avait pas tout à fait bien vieilli. Le design vient d’une époque très différente de la nôtre. Il y a vingt ans, les développeurs prenaient en considération que les joueurs aimaient chercher et faire de longues sessions de jeu pour comprendre l’histoire et maîtriser tous les systèmes. J’ai eu beaucoup de difficulté à apprendre à me déplacer et à combattre dans cette version-ci de System Shock même si elle est améliorée – et je suis certain qu’il en serait de même pour la version originale. J’attribue mon habitude aux contrôles, signes et rétroactions de notre ère; je suis moins apte à apprendre à utiliser les méthodes d’antan. Néanmoins, comme j’analyse ici la version refaite du jeu, l’ajustement à nos habitudes de jeu en fait partie.

Dans ce premier opus de la série, il faut tout lire pour trouver des codes, ce qui rendra certains joueurs heureux et d’autres plutôt frustrés. Il y a des passages secrets qui ne sont en rien expliqués ni montrés. De plus, le simple fait de changer d’arme ou d’user d’une grenade, par exemple, demande considérablement plus de temps qu’il le faut dans un titre de l’année. De surcroît, le jeu a un rythme étrange; il est lent pour la plupart du temps, mais les combats sont très rapides par rapport au temps nécessaire à bien choisir une approche et une arme.

Par ailleurs, le support de la manette est fonctionnel, mais on nécessite encore le clavier pour accéder aux menus. Que ce soit sur clavier ou avec une manette, les mouvements de caméra sur l’axe vertical sont laborieux. Après quelques heures de jeu, j’ai dû accepter l’évidence que je n’arriverais pas à le compléter ni à me rendre très loin. Après être mort plusieurs fois dans des conditions qui habituellement ne m’auraient pas tué, j’ai décidé de commencer à sauvegarder tous mes déplacements. Il n’y a pas de sauvegarde automatique. Cet effort a ralenti encore plus ma progression.

Concrètement, ce remake est une bonne chose pour tous les amateurs de la série, pour ceux qui désirent comprendre d’où vient Bioshock et aussi pour les enthousiastes nostalgiques! Toutefois, pour les joueurs de la nouvelle génération, le schisme entre les contrôles et le design de l’époque et ceux de nos jours est un facteur si grand qu’il rebutera certainement une grande partie des acheteurs. Néanmoins, contrairement à plusieurs titres qui sortent sous forme HD ou autre, comme je l’expliquais dans un autre article, je pense vraiment que System Shock Enhanced Edition a sa place! Il n’est simplement pas pour tout le monde.

Ma note : 6,5/10

Testé sur PC
Disponible en français
Site Officiel :
http://www.nightdivestudios.com/games/system-shock/