[Critique] The Book of Unwritten Tales 2

the book of unwritten tales 2

Les jeux de type point et clique ont la côte actuellement. Les nombreux projets de TellTale Games avec Walking Dead, Game of Thrones, Tales from the Borderlands et j’en passe ainsi que l’excellent Life is Strange de Dontnod Entertainment redonne ses lettres de noblesse à un genre qui remontre à très loin. Et la beauté du genre ne réside pas uniquement dans les graphiques. Le scénario se doit d’être captivant au risque de sombrer dans l’oubli.

Dans le cas de The Book of Unwritten Tales 2, vous interprétez à nouveau les aventuriers qui ont fait le succès du titre précédent. Il s’agit de la princesse Ivo, une elf au fort caractère qui est très indépendante. De l’autre côté, on a Nate l’aventurier et son ami le Critter (sérieusement, je ne sais toujours pas en quoi consiste cette bestiole) qui semblent se mettre dans le pétrin dès que possible ainsi que Wilbur le magicien nain. Nos quatre compagnons vivent à Aventasia, ville magique qui est sur le point de voir un événement chambouler l’existence de ses habitants. C’est alors à nos héros de venir en aide à la population.

Je préfère être franc dès le départ : je n’ai aucunement joué au premier chapitre du jeu. Heureusement, cela ne dérange pas l’expérience et il est possible d’apprécier le jeu sans savoir tous les détails. On arrive quand même à comprendre l’ensemble du récit. Le jeu se déroule en demi-teinte : autant les dialogues sont parfois laborieux et limpides, autant le niveau d’humour est tout simplement fantastique. Sincèrement, le jeu est celui qui m’a fait rire le plus depuis très longtemps pour diverses raisons. De toute évidence, le jeu s’inspire de ce qui a déjà été fait auparavant avec des références à la pelle, que ce soit à l’univers des jeux vidéo (je pense à Portal, Final Fantasy et bien d’autres) ou à l’univers cinématographique comme Le Seigneur des Anneaux, Harry Potter et plus. C’est le prix à payer pour apprécier le niveau d’humour : endurer certains dialogues fades en échange de blagues désopilantes.

Graphiquement, le jeu tient très bien la route avec des décors enchanteurs et contenant beaucoup de détails. C’est une bonne chose puisque le jeu est avant tout un point & clic dans lequel nous devons chercher une grande quantité d’informations dans l’environnement dans lequel on se trouve. Heureusement, les interactions du jeu sont la plupart du temps facilement identifiable et nous permettent donc d’avancer à un rythme raisonnable. Cependant, c’est les allers-retours qui créent une certaine frustration. Rien de plus désagréable que de ne pas savoir où aller ni ce que l’on doit faire. De plus, un menu dans lequel nous devons organiser notre inventaire est accessible et il n’est pas rare que l’on doive imbriquer certains éléments ensemble afin de donner un tout. Après un temps d’adaptation sur le contrôle de ce menu, cela devient une seconde nature d’aller voir dans notre inventaire s’il n’y a pas quelque chose qui pourra nous aider dans l’aventure. Petit bémol : je trouve le jeu beaucoup trop lent à mon goût. Cela va de soi, on n’est pas dans un jeu d’action et la rapidité n’est pas un aspect qui doit se retrouver dans ce genre de jeu. Cependant, étant donné que nos personnages ne peuvent courir, je trouve que cela ajoute à la lenteur du jeu, surtout lorsque l’on sait que l’on doit aller à une place spécifique, mais à une vitesse plus basse que ce que l’on voudrait.

En conclusion, The Book of Unwritten Tales 2 est un bon jeu qui permet de nous délier la langue tellement l’humour est omniprésent. Cependant, il ne faut pas être pressé lorsqu’on y joue. Vous y passerez sans doute un bon moment et il vous apportera bon nombre de fous rires. Si l’objectif était celui-ci, on peut dire que c’est mission accomplie.

Ma note : 7.5/10

Testé sur Xbox One
Aussi offert sur PS4 et PC
Sous-titré en français
Site officiel: http://www.unwritten-tales.com/