[Critique] The Legend of Legacy

Lorsque j’ai lu un courriel d’Atlus qui me mentionnait d’activer ma 3D pour jouer à The Legend of Legacy, car l’esthétisme ressemblait beaucoup à Bravely Default, j’ai sauté sur le titre. Développé par FuRyu, le jeu est une suite spirituelle de la série SaGa qui a été très populaire au Japon et dont la majorité des titres se sont écoulés à plus d’un million d’exemplaires. L’équipe derrière le développement était d’ailleurs nantie de vétérans provenant de plusieurs studios importants dont Level-5 et Square Enix. Du lot, on retrouvait, entre autres, Masato Kato, qui avait été crédité pour l’excellent scripte de Chrono Trigger et Tomomi Kobayashi de la série SaGa en plus du compositeur Masashi Hamazuru (SaGa et Final Fantasy XIII). Bref, avec cette solide équipe, les attentes étaient élevées auprès des amateurs qui en avaient suivi le développement.

Synopsis

Sur la mystérieuse île d’Avalon, des terres sacrées viennent tout juste de s’éveiller d’un long sommeil. Accompagné de deux autres aventuriers, notre héros décide d’explorer l’île où, ensemble, ils tenteront de trouver des trésors, de découvrir plus de détails sur le dieu de cette terre et retrouver une partie de leur mémoire perdue. Cependant, les choses changent rapidement lorsque le groupe se retrouve devant une douce mélodie qui s’émane d’une étrange pierre. C’est alors que nos aventuriers tombent dans un coma éveillé dans lequel ils rêvent des histoires oubliées d’Avalon. Que se passe-t-il sur cette île et quel futur attend notre personnage?

Chosir parmi 7 héros

Une fois téléchargée et prêt à démarrer, je me suis retrouvé devant un premier choix difficile : quel personnage allais-je choisir? The Legend of Legacy nous offre de choisir parmi sept aventuriers très différents qui auront chacun leur propre motivation pour explorer Avalon. Ils auront aussi droit à leur propre conclusion. Chacun d’entre eux représente une classe et possède un type d’arme avec lequel ils ont une meilleure affinité ainsi que des attributs de base différents. Selon ceux-ci, on choisit le rôle de notre personnage qui peut varier entre attaquant, garde ou soigneur. Quelques-uns peuvent même être un mélange des deux. Par exemple, j’ai fait l’aventure avec Garnet et celle-ci peut autant jouer le rôle d’attaquant que de garde pour protéger vos coéquipiers. J’ai longtemps hésité devant cette vaste sélection. Bref, vous avez du choix.

Beaucoup de liberté

De plus, par défaut le jeu vous propose deux coéquipiers qui viendront compléter votre choix initial. Par contre, les puristes seront contents d’apprendre que vous pouvez modifier le reste de votre équipe à tout moment en visitant le village. D’ailleurs, c’est à cet endroit que vous retrouverez l’hôtel pour vos sauvegardes ainsi que pour vous reposer. C’est aussi là que vous pourrez magasiner des armes et armures en plus de cartes pour découvrir de nouvelles régions. Enfin, je vous recommande fortement de dépenser votre première partie d’argent dans l’achat d’un bateau au bout du quai. Grâce à celui-ci, vous obtiendrez de belles surprises par les Streetpass.

Une présentation unique

Ensuite, il n’y a aucun doute qu’on remarque rapidement le visuel qui est effectivement très similaire à celui de Bravely Default et qui s’inspirait lui-même des premiers titres de la franchise Final Fantasy. Sans être à la fine pointe, je trouve que c’est parfait pour un bon RPG. Côté visuel par contre, ce que j’ai aimé le plus du jeu c’est de me promener à travers les différents niveaux afin de découvrir chaque petit recoin. C’est ainsi que, sur mon deuxième écran, je voyais tranquillement la carte se dévoiler en se traçant sous mes yeux avec mes déplacements. Ce n’est pas le premier jeu qui use d’une telle mécanique, mais c’est le premier qui le fait avec d’aussi jolis visuels. En plus, cet élément de jouabilité est très accrocheur et je voulais toujours obtenir une complétion de 100 % pour chaque carte.

Cependant, ce qui est encore plus unique, c’est la manière que l’univers se lève devant nous petit à petit. Et c’est littéralement ça, car on voit les arbres et autres éléments de l’environnement sortir de la terre à mesure que l’on se promène dans Avalon. De plus, les couleurs sont lisses et pâles comme si le tout était peint sous nos yeux. C’était vraiment impressionnant et agréable pour l’œil.

Choisir soi-même son chemin

En outre, je dirais que la quête initiale est assez vague. On est vraiment laissé pour soi et c’est à nous de partir à l’aventure et de chercher partout pour trouver les mystères de cette région. Ça fait en sorte qu’il n’y a pas vraiment de trame narrative principale. Plusieurs endroits peuvent être découverts au même moment dans le jeu et c’est à vous de choisir par lequel vous voulez commencer. Évidemment, cette exploration va nous forcer aussi à participer à de nombreux combats qu’on peut quand même assez facilement éviter.

Malheureusement, toute cette exploration est assez risquée et vous aurez peut-être à en payer le prix. Personnellement, je suis mort à plusieurs reprises après plus d’une trentaine de minutes de jeu et on ne nous pardonne pas un tel faux pas. Toute cette progression doit être reprise à notre dernière sauvegarde qui remonte à notre dernière visite au village et c’était plutôt frustrant. En plus, alors qu’on passe facilement à travers la majorité des combats, il y a toujours une créature plus forte qui arrive à nous surprendre et éliminer notre groupe. Mieux vaut redoubler de prudence si vous ne voulez pas avoir à perdre plusieurs minutes de votre partie et il n’y a aucun doute que le jeu s’adresse aux joueurs plus avertis. Ils seront ravis de toute la liberté que le jeu nous laisse.

Une jouabilité plutôt classique

Du côté des combats, on a droit à du classique jeu de rôle au tour par tour. Cependant, la « twist » principale est qu’on peut choisir différentes formations pour que notre groupe soit placé dans un ordre divers. Par exemple, lors de batailles plus exigeantes, j’aime mettre mon gardien à l’avant-plan afin de protéger le reste du groupe. Tandis que lorsque je veux que le combat se déroule rapidement, je mets mes trois membres du groupe sur la même ligne. Puis, outre les multiples possibilités d’attaques, il y a aussi les fragments magiques provenant d’éléments de la nature qui permettent d’effectuer un peu de magie. Enfin, c’est aussi très important de gérer ses points de mana pour maximiser vos chances durant les combats. Or, on peut dire que la stratégie est de mise dans ce titre et ça rend les combats intéressants.

Verdict

En conclusion, The Legend of Legacy s’adresse à un public qui se sent déjà assez à l’aise avec les RPG. En fait, ça prend des joueurs qui aiment un peu souffrir et faire énormément de « grinding ». Ceux qui se plaignent de la linéarité de certains jeux de rôle modernes seront grandement satisfaits de la liberté que ce titre de FuRyu vous offre. Bref, c’est une chaude recommandation pour les adeptes du genre alors que les nouveaux venus devraient débuter ailleurs.

Ma note 8,5/10

Exclusif à la Nintendo 3DS
Pas offert en français
Site officiel : http://atlus.com/legendoflegacy/