[Événement] Lancement d’Assassin’s Creed Syndicate

Le 15 octobre dernier, Ubisoft Québec a ouvert les portes de son studio aux médias pour le lancement du prochain opus de la franchise Assassin’s Creed. L’équipe de l’Épée Légendaire y était et nous vous proposons nos impressions sur le jeu ainsi que toutes les informations recueillies lors de cet événement.

Pour la première fois de son histoire, le studio de Québec d’Ubisoft dirigeait le développement d’un opus de la série Assassin’s Creed. Intitulé Syndicate, le développement a été réalisé en collaboration avec huit autres studios de la compagnie. Le jeu sera offert dans le monde entier dès le 23 octobre prochain sur Xbox One et PS4 pour ensuite être disponible sur PC, le 19 novembre.

Le studio de Québec a été créé en 2005 et le directeur général du studio, Nicolas Rioux,  est convaincu que l’équipe est prête à passer à l’étape supérieure.

Avec Assassin’s Creed Syndicate, nous prouvons que notre équipe était prête à passer à une autre étape et à prendre le leadership de projet AAA. Il y a 10 ans, lorsque nous avons démarré le studio à Québec, nous avions  l’ambition de nous développer pour nous positionner comme un acteur majeur dans le développement de jeux AAA.

Un monde ouvert très vaste

Assassin’s Creed Syndicate proposera le « monde ouvert le plus vaste et le plus moderne jamais créé dans la franchise » affirme François Pelland, producteur sénior du titre. Une nouvelle fois, la compagnie a fait appel à des historiens pour s’assurer de proposer une expérience réaliste et fidèle à la réalité du 19e siècle à Londres, lieux où se déroule l’histoire du jeu. La ville est, donc, divisée en sept quartiers qui apportent chacun leur ambiance et leur importance dans la révolution industrielle.

  • The Strand : Quartier politique et économique, la noblesse s’est rapidement installée dans cette partie de Londres et les Templiers occupent principalement cet espace.
  • Westminster : Le quartier regroupe certains des édifices les plus célèbres de Londres tels que le Parlement ou encore le palais de Buckingham. La noblesse et les puissants se promènent à travers cet espace.
  • La Tamise : Londres ne serait pas telle qu’elle est, si ce fleuve de 350 km de long n’existait pas. Pierre angulaire du commerce et du transport, La Tamise devient un quartier à part entière.
  • Whitechapel : Même si la rue principale de ce quartier demeure une rue commerçante importante pour Londres, il suffit de s’en éloigner un peu pour observer la pauvreté omniprésente de la cité. Les citoyens qui ne trouvent pas d’emploi se voient, donc, obliger de se prostituer, de voler ou encore de mendier.
  • La City : Ce quartier économique est très important pour Londres, c’est à cet endroit que nous retrouvons la banque et la bourse.
  • Southwark : Le quartier industriel de la ville, très pauvre, il est préférable de ne pas s’y aventurer seul.
  • Lambeth : Repères des gangs, ce quartier est l’un des plus habités de Londres malgré sa pauvreté omniprésente. Le quartier est relié aux activités de la ville par des voies ferrées et le pont de Westminster.

Chacun de ces quartiers amènera les personnages d’Evie et de Jacob à combattre les templiers et à augmenter leur influence sur la population.

Deux assassins bien différents

Assassin’s Creed Syndicate propose d’incarner les jumeaux Frye. D’un côté, on retrouve Jacob, un jeune homme de 21 ans qui utilise la force brute pour parvenir à ses fins. Il n’a pas peur des bagarres et considère que la révolution industrielle n’apporte rien de bon à la population. Son attachement envers la Confrérie des Assassins est relatif, mais ses différentes valeurs et son libre arbitre font de lui un atout important pour l’organisation.

De l’autre côté, on retrouve Evie, sœur jumelle de Jacob, qui préfère rester dans l’ombre et étudier son ennemi avant de s’en prendre à lui. Parfois en désaccord avec Jacob, elle est tournée vers l’avenir et considère le progrès comme un bienfait pour la population. Très attaché à la confrérie, Evie a comme mission de retrouver un fragment d’Eden.

Chacun des personnages jouables du titre propose un arsenal qui s’adapte à leur personnalité. Jacob préfère les combats directs très rapprochés tandis qu’Evie préfère être discrète et ne pas se faire remarquer. À noter qu’il vous sera possible de passer d’un protagoniste à l’autre à l’aide d’une petite visite dans les menus lorsque vous êtes en jeu. Le tout se fait très rapidement et c’est très fluide. Vous pouvez, donc, vous munir du meilleur assassin selon le type de mission.

Amateurs de faits historiques ?

L’équipe d’Ubisoft Québec fait plaisir aux amateurs de faits historiques en proposant l’intégration de nombreux acteurs importants de la révolution industrielle à cette époque. On retrouve notamment la Reine Victoria, Charles Darwin, Charles Dickens ou encore Florence Nightingale. Bien entendu, chacun de ces personnages aura une importance dans la quête de Jacob et d’Evie.

La révolution industrielle

Qui dit révolution industrielle, dit ajout de certaines technologies. Londres devient littéralement le centre du monde en 1868 avec le pouvoir technologique. L’Empire britannique aura une prospérité économique très importante lors de cette période historique. Cependant, il n’y a pas que de bons côtés à cette ère de progrès. En effet, une majeure partie de la population ne bénéficie pas des avantages de cette révolution et demeure dans une très grande pauvreté. Les gangs, la mafia et les autres organisations criminelles profitent des citoyens pauvres et démunis, le joueur aura, donc, une importance dans la balance des pouvoirs et dans sa mission d’assassin pour libérer le peuple de ces oppressions.

Les moyens de transport évoluent aussi, les rues de Londres sont beaucoup plus larges et permet l’arrivée massive de calèche. Même si le joueur possède maintenant un grappin lui permettant de passer d’un édifice à l’autre sans passer par un l’utilisation d’un véhicule, ce dernier demeure très rapide et permet de voyager facilement. Bien entendu, on retrouve aussi les trains et le développement des bateaux.

Impressions globales

De mon côté, je dois avouer que même si plusieurs améliorations ont été apportées à la franchise, je n’avais pas été séduit par le personnage d’Arno dans Assassin’s Creed Unity. Pour Syndicate, mon impression est bien différente. Les personnages sont charismatiques, l’équipe d’Ubisoft Québec a fait un travail remarquable à ce niveau en ajoutant de nombreuses touches d’humour. Le déplacement est toujours aussi efficace, les graphiques sont de très grande qualité et les développeurs proposent une histoire riche en bouleversement.

À noter que j’ai eu la confirmation du directeur senior du jeu concernant la partie multijoueur inexistante. En effet, Assassin’s Creed Syndicate ne proposera aucun mode de jeux multijoueur ni de missions coopératives. L’équipe s’est concentrée sur l’expérience solo du joueur.

Posted In: