[Critique] Elite Dangerous

elite-dangerous-logo

L’espace, un univers bien mystérieux qui nous a fait rêver alors que nous étions tout petits et que nous regardions le ciel rempli d’étoiles. Un thème qui a d’ailleurs inspiré de nombreux produits vidéoludiques. Cependant, la plupart de ces jeux ne sont pas de très grande qualité ou ne proposent pas une expérience digne des plus grands espoirs des amateurs spatiales. Alors que ces nombreux attendent avec impatience la version finale Star Citizen, les joueurs peuvent maintenant profiter du jeu Elite Dangerous sur Xbox One.

Après plusieurs phases bêta, voilà que les développeurs de Frontier Developments nous proposent leur jeu massivement multijoueur de simulation spatiale sur la console de nouvelle génération de Microsoft. Je vous propose, donc, ma critique de cette version d’Elite Dangerous. À noter que le titre est disponible également sur PC depuis le 2 avril dernier sur la plateforme de téléchargement Steam.

Si vous ne connaissez pas le but du jeu, sachez simplement qu’Elite Dangerous est une simulation spatiale dans laquelle chaque joueur dirige un vaisseau dans un monde gigantesque composé de plus de 400 milliards de systèmes. À la manière d’un jeu de rôle, le joueur doit choisir la voie qu’il préfère emprunter dans cet univers.

Choisir une carrière

Même si les premières missions que vous faites ne seront pas nécessairement reliées à la destinée que vous tentez d’accéder, vous devrez très vite choisir une carrière. Dans cette optique, les développeurs de Frontier Developments ont préparé de nombreux choix. Vous désirez être chasseur de primes et faire des missions de traques et de destruction? Un commerçant réalisant sa fortune en échangeant des ressources de station en station tout en surveillant les fluctuations du marché? Vous avez l’âme d’un explorateur et voulez partir à la découverte des nombreuses planètes encore inexplorée dans l’univers? Sachez que chacune de ces options est disponible dans Elite Dangerous. Vous pouvez, bien évidemment, vous procurer la plupart des types de vaisseaux, lorsque vos finances seront favorables, pour effectuer chacun de ces métiers quand ça vous chante.

Jamais seul !

Comme mentionné dans l’introduction de cette critique de la version Xbox One d’Elite Dangerous, le titre est uniquement multijoueur. Si vous avez des craintes de ne pas toujours rencontrer des personnages, sachez que les développeurs ont pensé à cela en intégrant des PNJ avec une intelligence artificielle assez développée. Ces derniers peuvent aussi bien tenter de vous attaquer, d’échanger avec vous ou simplement passer leur chemin pour aller d’un point A au point B. Cependant, le côté MMO n’est pas le plus exploité. De nombreux joueurs critiquent le titre en affirmant qu’après de nombreuses heures de jeux, les activités offertes deviennent vite lassantes et qu’il pourrait être intéressant d’ajouter des arènes ou encore d’organiser des événements tels que des courses de vaisseaux, etc.

Difficile d’accès ?

Elite Dangerous est une simulation spatiale ce qui veut, donc, dire qu’il n’est pas nécessairement disponible à tous. Vous devrez apprendre de nombreuses touches afin de vous familiariser avec les nombreuses actions et manœuvre du jeu. Je dois avouer que l’équipe a fait un travail extraordinaire afin de transférer les différentes touches clavier + souris à la manette. On s’habitue très rapidement et le contrôle de notre vaisseau est facile à apprendre. Un autre aspect qui peut en rebuter certains est le fait que le titre ne soit pas disponible dans la langue de Molière. Cependant, je tiens à rassurer les joueurs qu’Elite Dangerous est muni de nombreux didacticiel fait étape par étape et que de nombreuses vidéos sont disponibles sur la toile.

Un autre aspect d’un jeu de simulation est bien sûr la patience du joueur. Cette dernière sera mise à rude épreuve, car la plupart des missions réalisables prennent près d’une heure de jeu pour être validé. Ne soyez, donc, pas trop pressé lorsque vous jouez à ce genre de jeu.

Ohh, l’espace…

Dans un jeu spatial, la plupart des joueurs veulent être éblouis ou encore émerveillez. On aimerait voir des explosions et des attaques de vaisseaux un peu partout. Cependant, Elite Dangerous s’approche plutôt de la réalité et offre une ambiance assez calme même si vous êtes dans une station spatiale. Ce qui est tout à fait normal, car je tiens à préciser qu’il n’y a, à proprement parler, aucun son dans l’espace. Cette absence d’ambiance ne signifie pas qu’il n’y a aucun spectacle, au contraire. Lorsque votre engin entre dans un système, vous êtes accueilli par l’étoile de ce dernier. C’est à ce moment précis que l’on tire la conclusion qu’Elite Dangerous est très jolie.

Une très bonne référence

Elite Dangerous demeure une référence dans la simulation spatiale, mais d’autres titres pourraient détrôner le jeu. À plusieurs moments, le titre manque cruellement de cohérence et il n’est pas nécessairement très facile d’accès tel que mentionné un peu plus haut.  Lors d’attaques, après avoir activé vos modules offensifs, le but est souvent de tourner autour de votre ennemi comme un chat qui court pour attraper un chat. Bien que le jeu offre une qualité de graphisme assez élevée, Elite Dangerous demeure une expérience visuelle moyenne sans pour autant être désagréable. Dans l’ensemble, le jeu est très bien et j’attends, bien sûr, d’observer ce que la concurrence développera.

Elite Dangerous est disponible depuis avril sur PC et octobre sur Xbox One. À noter qu’une extension du jeu sera offerte dès cet hiver, mais les développeurs n’ont pas confirmé ni infirmé si cet ajout sera sur la console de nouvelle génération de Microsoft.

Ma note 7.5/10


Par Marc-Antoine Bergeron Côté
Critique effectuée sur Xbox One
Aussi offert sur PC
Jeu non disponible en français
Visitez le site officiel : https://www.elitedangerous.com/