[Critique] Rise of the Tomb Raider

Au début de l’année 2013, Crystal Dynamics et Square Enix nous ont prouvé que Lara Croft était bel et bien de retour dans une version plus moderne optimisée pour les consoles actuelles. Les pièces se sont tranquillement placées dans cette refonte complète de la franchise et on a eu droit à une excellente réintroduction de l’aventure de cette populaire héroïne. Sans être parfait, j’avais beaucoup aimé ce premier opus et c’était un des premiers jeux qui poussait mon PC à sa limite. Un peu plus de deux ans et demi plus tard, j’avais espoir qu’une suite permettrait à l’équipe d’offrir une expérience plus complète comme ce fût le cas pour bien d’autres franchises.

Sur les traces de son père

C’est à un très jeune âge que Lara eut à pleurer la mort de son père assassiné sauvagement. Alors que celui-ci fût longtemps reconnu comme un brillant chercheur, son caractère obsessif l’a rendu moins sympathique aux yeux de la société. Même les journaux se sont mis de la partie en le traitant de charlatan complètement cinglé. Plusieurs années après sa mort, notre protagoniste décide de poursuivre certaines de ses recherches. C’est alors qu’elle tombe sur un indice qui laisserait sous-entendre qu’il aurait pu avoir raison au sujet d’un important mystère de la terre : les secrets de la vie éternelle. Se pourrait-il que son père ait été victime d’un complot? D’ailleurs, une organisation secrète nommée Trinity voudrait l’empêcher d’en découvrir davantage sur ce mystère. Ne reculant devant rien, Lara se lance sur les traces de son père qui la mèneront jusqu’aux confins de la Sibérie.

Un scénario rehaussé

J’ai bien aimé suivre le scénario et tranquillement découvrir tous les mystères que l’aventure renfermait. Il y a un bon usage des thèmes très présents comme la religion et les effets néfastes qu’elle peut entraîner lorsqu’un gourou louche est à sa tête. Celui-ci se sent toujours divinement interpellé alors qu’il n’est vraisemblablement rien de plus qu’un sociopathe. C’était intéressant de suivre les événements du jeu qui s’inspirent aussi de faits historiques. C’est un bon mélange de fiction et de réalité. Parallèlement, à sa quête de la découverte des secrets de la Sibérie, mademoiselle Croft sera aussi confrontée au peuple de la région qui se retrouve coincé au beau milieu de ce conflit bien malgré eux. Venir déranger des nations qui vivent en paix avec la nature depuis des années est un autre thème pertinent à suivre. Enfin, on espère tous durant notre aventure que Lara saura découvrir les vrais malfaiteurs se cachant derrière la mort de son père.

Un jeu qui porte bien son nom

Évidemment, avec un nom comme Rise of the Tomb Raider, on pouvait s’attendre à ce que notre aventurière visite plusieurs tombeaux afin d’y découvrir de merveilleux trésors. Eh bien, sachez que vous serez comblé, car il y en a un très grand nombre. Par ailleurs, leurs entrées sont assez bien cachées dans l’environnement pour qu’elle passe de manière complètement transparente. Il suffit souvent de trouver une petite faille pour révéler d’énormes vestiges de toute beauté. De plus, elles prennent de multiples formes. Une des plus belles qu’on voit au début du jeu se retrouve sous la forme d’une épave qui s’est fracassée en deux sous l’effet du gel des courants d’eau. En fouillant adéquatement, on peut même retrouver quelques indices qui racontent l’histoire de l’équipage du bateau. C’était super intéressant d’en apprendre davantage de cette manière et c’est ainsi que le jeu a su piquer ma curiosité.

Puis, chacune d’entre elles nous proposait des mécaniques différentes pour atteindre le trésor final et il fallait généralement user de ruse pour réussir les casse-têtes qui nous étaient présentés. Enfin, pour combler le tout, le butin final de chaque tombeau était un parchemin qui permettait à Lara d’apprendre une amélioration clé. Ça vaut vraiment la peine d’en obtenir le plus possible et c’est exactement l’ajout que plusieurs souhaitaient comme suite au premier opus.

Une excellente idée

Dans l’ensemble, on peut vraiment dire que l’exploration est au rendez-vous que ce soit pour aller chercher de l’information supplémentaire, quelques trésors, des matériaux et même de l’EXP. Avec ceux-ci, on peut fabriquer des munitions, apporter des améliorations à nos armes et développer un des trois arbres de talents de Lara. C’est payant de fouiller un peu partout parce que le retour est une récompense tangible très utile. Néanmoins, la nouveauté que j’ai la plus appréciée c’est que notre héroïne peut désormais améliorer sa capacité à déchiffrer les langues anciennes. C’est en trouvant de vieux parchemins ou des objets des civilisations anciennes qu’elle développe son grec et d’autres langues. Ainsi, elle pourra comprendre ce que racontent les vestiges que renferme ce monde. Les développeurs ont donc fait du bon boulot pour rendre les éléments secondaires attrayants et j’y ai mis beaucoup de temps.

Des combats amusants

Depuis la refonte de la franchise, j’ai tiré beaucoup de mon plaisir en utilisant l’arc à flèche de Lara Croft. Pour moi, c’est l’arme parfaite pour éliminer nos ennemis rapidement sans faire de bruit et il n’y a rien de plus satisfaisant. Par contre, il est important de noter que les combats aux fusils ont aussi été améliorés. Les contrôles sont meilleurs et la prise en main est tout simplement plus agréable. Bref, les séquences de combat ne sont plus du tout des irritants.

Une qualité graphique solide

Comme je le mentionnais en intro, le chapitre précédent était particulièrement joli et il passait déjà pour un jeu de nouvelle génération (du moins pour sa version PC). J’avais eu la chance d’y jouer avec un excellent PC et Tomb Raider est resté pendant longtemps un des plus beaux jeux que j’ai pu tester. Malheureusement, la génération précédente de console ne pouvait pas vraiment lui rendre justice. Alors, ceux qui ont fait le saut du PC à cette nouvelle édition remarqueront probablement très peu la différence. En fait, deux éléments ont capté mon attention. D’abord, la physique des cheveux de Lara est très poussée et répond bien aux effets de la gravité ou du vent. Ma carte graphique ne supportait pas cette fonction en 2013 bien qu’elle était présente. En second lieu, j’ai surtout constaté qu’il y avait plus de détails dans l’environnement. C’est principalement concentré dans le feuillage, dans la glace, la neige et dans l’ensemble de la flore sauvage. Bref, Rise of the Tomb Raider figure parmi les plus beaux jeux actuellement offerts sur le marché. Cependant, cela vient tout de même avec quelques ralentissements par moment, mais rien ne va tellement vous déranger.

Énormément de plaisirs

En cette période faste en sorties majeures, je voulais trouver du temps pour jouer à Rise of the Tomb Raider et j’en ai fait ma priorité. Je l’ai dévoré et j’ai eu beaucoup de plaisirs dans cette aventure. Avec cette suite, les développeurs ont écouté les joueurs et ils ont su amener les éléments qui manquaient au premier opus. Bref, il offre beaucoup de contenus et je le recommande fortement même à ceux qui n’ont pas fait le chapitre précédent.

Ma note : 9,5/10

Testé sur Xbox One
Aussi offert sur Xbox 360
Offert en français
Site officiel: http://www.tombraider.com/

5 Comments

  1. sur addiktv j’ai vue une pub se soir de Rise of the Tomb Raider
    a la fin de la pub c’est marquer exclu fin 2015 sur xbox

    1. Ouais pcq il sort exclusivement sur Xbox One à la fin de 2015. L’exclusivité prend fin à la fin de 2016. On devrait voir la version PS4 l’an prochain.

Les commentaires sont fermés.