[Critique] Call of Duty: Black Ops 3

Une autre aventure dans un futur peu enviable nous est proposée, cette fois par le studio Treyarch. Un autre feu roulant d’action et de technologies pour vous en mettre plein les yeux. Encore une fois, et on y prend plaisir  comme n’importe quel Blockbuster américain.

Entre 2054 et 2065, la Terre est complètement dévastée après un cataclysme pas naturel du tout. Une guerre civile a éclaté entre un groupe de terroristes et les gouvernements tentent sans relâche de leur mener la vie dure. À cette époque, la technologie est aussi devenue une grande alliée. Les soldats peuvent recevoir des augmentations cybernétiques pour devenir plus forts, plus puissants mais aussi connectés entre eux via l’IDN : une puce munie d’une intelligence artificielle qui relie les soldats entre eux et fourni des données importantes sur les combats. Évidemment, avec toute cette technologie contre nature, qu’est-ce qui pourrait mal tourner ?

Si Advanced Warfare proposait un futur « plausible » d’une certaine manière, le futur proposé dans la campagne solo de Black Ops 3 est beaucoup plus éclaté, mais surtout beaucoup plus trash. Le ton était donné pour une campagne haute en couleur. Cette aventure propose d’ailleurs plusieurs rebondissements qui peut-être vous surprendront, ou peut-être pas : c’est selon votre capacité à deviner l’issue de cette histoire.

Black-Ops-3-image-008.png

Par ailleurs, cette partie solo bien amusante offre aussi la possibilité d’être jouée en coopération locale ou en ligne jusqu’à quatre joueurs : une option fort intéressante et disons-le, de plus en plus rare dans cette génération de consoles. Vous n’avez pas d’amis avec vous ? Aucun problème, la campagne est tout de même parfaitement balancée pour être jouée seul. En tout, il vous faudra environ 8 heures pour la compléter, ce qui est dans la moyenne des jeux de tirs à la première personne.

Une fois le solo terminé, vous pourrez évidemment vous attaquer à ce qui rend la franchise de Call of Duty populaire : le multijoueur. Et encore une fois, c’est grandement réussi. Black Ops 3 propose évidemment les modes classiques de la franchise, comme par exemple les Matchs à mort par équipe, Élimination confirmée, Domination, Recherche et détruire, mais aussi le mode Zombie. Les habitués de la franchise s’y retrouveront.

Call of Duty® Black Ops III.png

L’une des grandes nouveautés, c’est l’inclusion des Spécialistes. Un spécialiste est une classe de personnage que vous devez choisir lorsque vous jouez en ligne. Non seulement le spécialiste déterminera la base de l’allure de votre personnage, mais en plus vous aurez la possibilité de choisir un bonus spécial relié à ce spécialiste qui n’est pas influencé par les bonus de points que vous devrez toujours choisir dans la personnalisation de vos armes. Les bonus de spécialistes sont intéressants puisqu’ils sont débloqués automatiquement au bout d’un certain temps, ce qui assure que même les joueurs les moins expérimentés pourront au moins une fois dans chaque partie utiliser un bonus. Et évidemment les meilleurs du groupe pourront utiliser le bonus de spécialiste plus souvent puisque l’attente est réduite en fonction des performances. La progression multijoueur est d’ailleurs un peu plus simple pour se concentrer sur le principal : le jeu.

Black-Ops-3_Specialist-Outrider.jpg

Durant mes parties en ligne, les connexions de jeu ont toujours été sans problèmes techniques, tout comme l’engin de jeu évidemment. Il semble évident que la franchise de Call of Duty est maintenant bien rodée et que les problèmes techniques en ligne sont plutôt rares. Sur Xbox One, l’engin n’a aussi jamais vraiment failli et le jeu se déroule sans problème à 60 images par seconde tel qu’on l’attendait.

Une autre nouveauté de la jouabilité est la possibilité de courir sur les murs, un peu à l’instar de Titanfall. D’ailleurs, les cartes multijoueurs sont bien conçues pour utiliser cette fonction au maximum. Si certains endroits obligent à courir sur les murs, d’autres endroits sont plus subtils et plus vous y jouerez, plus vous découvrirez d’endroits dans le jeu où il est possible de courir sur les murs. Il faut vraiment s’y attarder puisqu’il est aussi possible de tirer les ennemis tout en courant sur un mur : difficile à maitriser, mais très satisfaisant à réussir.

Parlant des cartes multijoueurs, celles de Black Ops 3 sont beaucoup plus chaotiques que celle d’Advanced Warfare, ce qui rend l’organisation des combats difficiles. Ce n’est pas un défaut en soit, mais il est souvent possible de passer à plusieurs endroits différents pour aller du point A au point B et il n’y a littéralement aucun endroit où se cacher. Petite déception toutefois, plusieurs cartes ont des murs invisibles pour éviter que le joueur saute par-dessus un obstacle.

Call-Of-Duty-Black-Ops-3.jpg

En somme, si je n’avais pas été du tout convaincu par la beta de Call of Duty : Black Ops 3, la version finale du jeu est beaucoup plus surprenante que ce que j’avais imaginé. Je me retrouve donc à avoir autant de plaisir que l’an dernier et fort probablement que j’y jouerai tout autant. Encore une fois, la franchise de Call of Duty propose une nouvelle itération dans la lignée de ses prédécesseurs mais en proposant assez de nouveautés pour rester intéressante et proposer une excellente valeur aux fans du genre.

Ma note : 8,5 / 10


Testé sur Xbox One, disponible pour PS4 et PC
Disponible en français
Visitez le site officiel : https://www.callofduty.com/