[Critique] Samurai Warriors 4-II

Publié pour souligner le dixième anniversaire de la série, Samurai Warriors 4-II est une refonte dans laquelle nous revisitons les soldats ayant pris part aux batailles iconiques de l’ère de Sengoku. C’est à travers le mode Histoire que chaque général voit son histoire racontée chacun à leur tour.

Sur des cartes où se placent des postes de garde et des champs de batailles truffés de couloirs populeux, nous devons confronter des vagues d’ennemis tout en défendant notre avancée. Dans ce jeu d’invasion de territoire, ce n’est pas tant la couleur prédominante qui l’emporte au final mais le nombre d’objectifs de combat remplis durant chaque mission. En ce sens, Samurai Warriors 4-II offre un excellent défi.

Une histoire de conquête durant l’ère féodale japonaise

L’histoire se déroule vers la fin des années 1500 et le début des années 1600 alors Familles et autres clans se disputent le territoire. Des mariages en uniront certains alors que d’autres se déchireront. La politique est partie prenante de ces guerres intestines. Naomasa Ii étant jouable pour la première fois, les fans seront heureux d’apprendre qu’il est le premier guerrier que l’on incarne. C’est donc avec lui que j’ai parcouru le plus de chemin.

Avant chaque combat en mode Histoire, on nous explique sur une carte le mouvement des troupes et leur progression face à la conquête des territoires. On en apprend sur notre héros et les personnages qu’il côtoie. Le jeu est raconté en japonais avec des sous-titres en anglais. J’ai donc dû me concentrer pour comprendre mais je dois avouer en avoir perdu quelques bouts. Heureusement, ce n’est pas vraiment essentiel pour s’amuser. Je trouve seulement que j’y perds une certaine profondeur.

Une jouabilité connue de la série

On prend le rôle d’un guerrier sur une carte qui contient des milliers de combattants. Au signal, on fonce dans le tas et on se fraie un passage. Nos objectifs de mission s’enclenchent les uns après les auteres et là, on doit s’y rendre le plus rapidement possible, souvent pour vaincre un chef ennemi. Une flèche va nous indiquer la direction à suivre jusqu’à lui et sur place, un indicateur permet l’identifier parmi les dizaines de soldats se trouvant à proximité.

Ayant joué à quelques éditions de la série et autres aventures annexes – Dynasty Warriors Next, Hyrule Warriors – j’y ai retrouvé une mécanique connue et confortable. J’ai assez de facilité à maîtriser les commandes de bases et savoir quand et surtout comment déclencher mes superattaques. Pour ces dernières, attendre d’arriver face à un boss et le viser droit devant est une approche que j’ai appris à effectuer pour réussir un maximum de dommages.

Toutefois, les problèmes de caméra me faisant perdre ma cible dans le feu de l’action arrive encore souvent. La caméra est un élément avec lequel je dois constamment m’habituer car on bouge beaucoup et on est toujours en train de la replacer. J’en perdais parfois mon sens de l’orientation, notamment en suivant la carte affichée en haut de l’écran. Tourner à gauche alors que je dois aller à droite est commun dans cette série quand je débute une partie. Ça me prend toujours quelques minutes pour m’y acclimater.

Étant souvent chronométrée, je me précipite le plus rapidement possible, tassant tout le monde sur mon passage. Une victoire me fait progresser alors qu’une défaite annonce la fin de la partie et je dois recommencer le chapitre. L’expérience et les objets acquis sont toutefois conservés à mon grand bonheur. L’arbre de compétences est immense alors il faut déverrouiller tout ce que l’on peut pour que nos personnages deviennent plus forts. Le jeu est difficile donc améliorer nos compétences est primordial pour progresser.

Bien qu’il ait l’air de prendre une place prépondérante, je m’irritais à utiliser le cheval car je n’arrive pas à faire autant de dommages étant donné que mes coups n’atteignent pas bien le sol. Cela affecte l’action de battre les ennemis s’élançant vers nous. De plus, certains passages ne sont pas accessibles à cheval alors, soit que j’abandonnais ma monture pour avancer à pieds ou je devais trouver un autre chemin. Sérieusement, mon cheval me gênait plus qu’il ne m’aidait!

En tout, le mode Histoire contient treize trames de cinq chapitres chacune. Les cartes possèdent un niveau de difficulté variant entre une et dix étoiles. Avec quatre modes de jeu allant de Facile à Cauchemardesque, tout le monde peut y trouver son juste milieu pour s’amuser alors que ceux qui recherchent un bon défi vont le trouver assurément.

Un château aux étages illimités

En mode Survival, on grimpe les échelons d’un château érigé pour nous faire vivre des épreuves à difficulté croissante. On nous promet des trésors inestimables si on réussit à en atteindre le sommet avec des récompenses exponentielles en progressant dans les différents palliers. Ce mode survie est l’un des plus intérressants. Non seulement je peux choisir n’importe quel héros disponible avec l’expérience qui l’accompagne, mais j’aime avoir la possibilité de continuer de grimper ou décider de sortir avec ce que j’ai réussi à accumuler jusque là en arrivant devant l’escalier menant à l’étage supérieur. Naturellement, une défaite en pleine bataille nous fait perdre tous nos biens.

Un jeu aussi impitoyable qu’intéressant et accrocheur

Au final, Samurai Warriors 4-II a une approche somme toute générique dans sa portion jouable. Le visuel est correct mais avec tout ces gens à l’écran, j’ai l’impression qu’on en perd des détails. Ça demeure tout de même un « hack n’ slash » où le plaisir de foncer et battre des centaines, voire des milliers d’ennemis en quelques minutes passe avant l’histoire proposée dont je ne me suis pas tellement attachée. Il sera amusant à jouer avec des amis en mode coopératif pendant un après-midi relaxe ou pourquoi pas, à installer durant un party. C’est le type de jeu parfait pour ça!

Ma note: 7,5/10

Jeu disponible en langue japonaise avec des sous-titres en anglais.

Évalué sur PlayStation 4, le jeu est également disponible pour PlayStation 3, PS Vita et PC.

Site officiel: http://www.samuraiwarriors4.eu/2/